[Actu] Les actualités du bombardement stratégique russe

Bien que moins exposé d’un point de vue médiatique que d’autres branches de l’armée russe ces dernières semaines; ce sont pas moins de trois nouvelles relatives à l’aviation à long rayon d’action (branche qui a en charge le bombardement stratégique de l’armée de l’air) qui viennent de tomber coup sur coup.

Si en soi ces nouvelles n’apportent pas de changements fondamentaux au sein de la flotte de bombardiers stratégiques russes; elle n’en annonce pas moins les modifications majeures que la flotte russe va connaître à court et moyen-terme. Basées sur un ensemble de modernisations ainsi que sur la création d’un appareil neuf, la flotte de la Дальняя Авиация (Dal’naya Aviatsiya) va voir ses performances et capacités évoluer fondamentalement dans les années à venir.

Passage en revue.

Tupolev Tu-95MSM

On ne présente plus le Tupolev Tu-95MS, le célèbre bombardier de Tupolev à la silhouette caractéristique et aux impressionnants turbopropulseurs NK-12MV à hélices contra-rotatives.

La Russie a en sa possession actuellement une soixantaine d’appareils opérationnels, ces derniers étant relativement « jeunes » vu la sortie d’usine des derniers exemplaires en 1993. Cependant, comme souvent dans les design remontant à l’époque soviétique; l’électronique embarquée et les systèmes de défenses sont très loin d’être modernes. La Russie dispose donc de cellules relativement jeunes (vu que peu employées durant la période 1990-2000) mais avec des équipements obsolètes ou en passe de l’être.

thumb-1920-569033.jpg

Cette photo d’un Tu-95MS permet de mieux appréhender les dimensions impressionnantes de cet appareil. photo@Wallpaper abyss

En vue de recapitaliser sa flotte et la maintenir à niveau jusqu’à l’horizon 2030; plusieurs programmes de modernisation ont été envisagés, allant de variantes maximales à des variantes beaucoup plus modestes n’envisageant que le remplacement des composants les plus importants. Il semble que la Russie se soit – enfin! – décidée sur un programme de modernisation qui soit plus en phase avec la réalité budgétaire et en adéquation avec les besoins de son aviation.

En ce qui concerne le Tu-95MS, le nouveau standard de modernisation porte le nom de Tu-95MSM et porte principalement sur les éléments suivants:

  • Montage des pylônes externes pour missiles Kh-101/-102 et intégration de ceux-ci au sein du système d’armes
  • Montage de nouveaux moteurs NK-12MPM et de nouvelles hélices AV-60T
  • Remplacement de l’électronique embarquée
  • Cockpit modernisé sur base d’écrans multifonctions
  • Remplacement du radar Obzor-MS par le radar NV1.021 développé par Novella (variante du radar embarqué sur l’IL-38N)
  • Remplacement du système d’auto-défense par le Meteor-NM2
  • Nouveau système de contrôle de vol KSU-021 et de navigation S021

On le voit, il ne s’agit pas d’une modernisation légère réalisée à l’économie; globalement la quasi intégralité des systèmes embarqués sont remplacés. Les premières études sur ce programme ont été lancées au début de 2010 après la signature entre Tupolev et l’Etat Russe du contrat relatif au développement et à la mise au point de cette modernisation en date du 23 décembre 2009. Un premier Tu-95MS sera livré à Tupolev pour servir de banc d’essais, il s’agit du Tu-95MS portant le numéro de Bort 50 Rouge. Les essais de ce dernier semblant donner satisfaction, c’est en 2014 que le programme sera lancé en série.

Tu-95-crashed.jpg

Cette photo du Tu-95MS accompagné d’un MiG-29 permet de voir la différence de taille entre les deux appareils. Photo@the aviationist

Cependant, vu l’importance des travaux à réaliser sur les appareils et pour conserver une enveloppe budgétaire raisonnable; les travaux de modernisation sont phasés en plusieurs étapes. C’est à partir d’ici que les choses se complexifient…

En effet, si le montage des pylônes externes pour missiles Kh-101/-102 et leur intégration au sein du système d’armes s’est déroulé assez rapidement ceci étant couplé avec le remplacement d’une partie de l’électronique embarquée; la suite des phases de modernisation semble plus laborieuse.

Deux points importants – et non des moindres – restent à traiter pour disposer d’un Tu-95MSM « complet »;

  • Le remplacement des moteurs et des hélices
  • Le remplacement du reste de l’électronique embarquée

Si pour le moment l’électronique embarquée ne soit pas encore intégralement renouvelée sur les appareils sortant de modernisation, UAC Russia vient d’annoncer le transfert à l’armée de l’air russe du premier Tu-95MSM disposant des moteurs NK-12MPM et des hélices AV-60T produites par Aerosila.

Le but recherché avec cette propulsion modernisée est de disposer de moteurs plus fiables et ayant une durée de vie plus longue, tout en offrant des performances (charge utile, consommation et endurance) optimisées. En outre, les nouvelles hélices sont réputées créer moins de vibrations, ce qui est une critique récurrente des équipages de Tu-95MS. Bien évidemment, les tests n’ayant pas encore débutés, il est impossible de communiquer les détails précis des gains estimés par rapport à un Tu-95MS disposant de ses moteurs NK-12VM d’origine.

459725791_a91c2d5496_b.jpg

Gros plan sur les hélices contra-rotatives d’un Tu-95MS. Photo@flickr

La dernière étape qu’il restera à franchir consistera à remplacer le reste de l’électronique embarquée et l’installation du nouveau cockpit. Une fois ceci réalisé, le Tu-95MSM sera un appareil parfaitement apte à rester en première ligne jusqu’à l’horizon 2030. L’intégration des nouveaux missiles en cours de développement pour la flotte de bombardiers stratégiques est également envisagée sans que ceci n’ait été officiellement confirmé tant qu’à présent.

Tupolev Tu-160M2

La relance de la production du Tu-160 sous une forme modernisée, le Tu-160M2, a été régulièrement abordée sur ce blog. Outre l’importance capitale du programme pour l’industrie russe, cette importance se caractérisant notamment via la relance de la production des moteurs NK-32(-02) ainsi que par le (ré-)apprentissage de la production de bombardiers lourds chez KAPO (Kazan); c’est le moyen le plus rapide et économiquement le plus intéressant pour augmenter la flotte de bombardiers stratégiques tout en se ménageant du temps pour mettre au point l’appareil du futur.

Disposant d’une flotte de 16 Tu-160(M1) hérités de l’époque soviétique, la force aérienne russe se retrouve à la tête d’un parc restreint de ce bombardier lourd supersonique; en outre, l’existence d’un programme de modernisation (le standard Tu-160M1) mobilise partiellement une partie de la flotte durant sa mise à jour et ceci restreint donc d’autant la disponibilité de la flotte de Tu-160.

224762

Le prototype encore incomplet de Tu-160M2. Photo@Dmitry Romashko

A l’instar de ce qui se fait avec le Tu-95MSM; la Russie a mis au point un processus de modernisation échelonné qui avance par étapes amenant progressivement les appareils au standard final souhaité. Si il est évident que ce processus entraîne des délais plus long pour obtenir le produit final, c’est également un moyen simple de limiter l’indisponibilité des appareils sur une même période.

La première étape de la modernisation au standard -M1 concerne le remplacement d’une partie de l’électronique de bord et des systèmes de navigation de l’appareil; par la suite les appareils suivront une deuxième étape de modernisation plus poussée qui les verra passer au standard Tu-160M2.

Devant initialement être constitué d’appareils neufs; la flotte de Tu-160M2 sera donc composée d’appareils neufs auxquels s’ajouteront les appareils déjà en dotation au sein de l’armée russe qui passeront par l’étape Tu-160M1 avant de passer au standard définitif Tu-160M2. Ceci permettant de revaloriser à coût réduit la flotte actuelle tout en lui permettant de pouvoir continuer à être employée en première ligne.

4261060_original

Une autre vue du premier prototype Tu-160M2 construit sur base d’une cellule inachevée. Photo@Marina Lystseva

Le premier prototype (incomplet) de Tu-160M2 qui a effectué son premier vol le 24/01 est basé sur une cellule de Tu-160 restée inachevée à la chute de l’URSS; il ne s’agit donc aucunement d’une nouvelle construction. La relance de la production du Tu-160 après un hiatus de plus de 20 ans nécessite donc pour la Russie la remise en place de toute la chaîne logistique permettant de produire le Tu-160; et c’est maintenant chose faite puisque Aleksandr Konyukhov, directeur général de Tupolev Pjsc a annoncé à Interfax que la construction du premier Tu-160M2 venait de débuter.

Tupolev_Tu-160_RF-94109

On ne peut pas nier le fait que le Tu-160 est un bel appareil. Photo@Russianplanes.net

Cette annonce indique donc que l’ensemble de la chaîne logistique ainsi que les capacités techniques de production (notamment la chambre spécifique permettant la soudure du titane sous vide) ont été mises en place et/ou rétablies permettant donc à l’usine de lancer la construction des premiers prototypes neufs et d’enchaîner ensuite avec la production en série du Tu-160M2 qui doit débuter en 2021. Le MoD russe a déjà passé commande de 10 appareils et les prévisions tablent sur l’acquisition d’un total de 50 appareils; il est à noter que l’armée russe ne précise pas si la cible des 50 appareils à acquérir inclus (ou non) les 16 appareils existants; le rythme de production annuel envisagé table sur 3 appareils avec possibilité d’augmenter la cadence annuelle à terme.

Tupolev Izd.80 PAK DA

Deuxième programme de la série des « PAK » après le PAK FA; le programme Izd.80 PAK DA doit servir à renouveler à long terme l’intégralité de la flotte de bombardement stratégique russe. Envisagé pour prendre la relève des Tu-95MS, Tu-22M3 et à long-terme Tu-160; le PAK DA a vu son développement retardé suite à la décision actée en 2015 de relancer la production du Tu-160(M2).

Présentant une configuration d’aile volante subsonique pouvant embarquer des armements hypersoniques, le PAK DA a pour but de remplir les missions nécessitant un appareil à la SER (Surface Equivalente Radar) réduite pouvant être employé dans des environnements non-permissifs fortement défendus par des systèmes SAM.

146178405802026459

Vue d’artiste d’un concept de PAK DA.

Reprenant une partie des briques technologiques du PAK FA (le système de guerre électronique L402 Himalaya) ainsi que du Tu-160M2 (cockpit et motorisation dérivée du réacteur NK-32-02); le développement de ce projet capitalise sur les technologies existantes pour accélérer sa mise au point et diminuer la facture finale du projet.

Confié à l’OKB Tupolev en 2009, le développement du PAK DA a été retardé par rapport au calendrier initial; la mise au point du Tu-160M2 est l’argument invoqué mais il ne faut pas être devin pour savoir que ce type de projet nécessite beaucoup de temps pour maturer et aboutir à un appareil exploitable. D’autant plus en Russie où la rapidité de recherches et de mise au point ne sont pas vraiment les points forts du complexe militaro-industriel.

La nouvelle importante du jour relative au PAK DA concerne la confirmation par Aleksandr Konyukhov du début de production du premier prototype de PAK DA en 2019 pour un premier vol à l’horizon 2023-2024. Si cette nouvelle peut paraître anecdotique à première vue; elle permet de confirmer que les choix techniques liés au design sont validés et que le projet reste « dans les clous » au niveau du timing envisagé. Avec un premier vol du prototype en 2023-2024; on peut espérer une entrée en service au sein des unités actives à l’horizon 2028-2029, ce qui permettra d’assurer la relève des premiers Tu-95MSM touchés par la limite d’âge en 2030.

En outre, les PAK DA pourront travailler de concert avec les Tu-160M2: chaque appareil présentant un profil de vol et un régime d’exploitation différent, ils seront à même de se compléter parfaitement tout en se spécialisant chacun dans leur domaine respectif. Il reste à voir si les prétentions militaires seront en adéquation avec la capacité économique de la Russie.

01543366

Souvent présenté pour illustrer le PAK DA alors qu’en réalité il s’agit d’un projet d’aile volante américaine!

On le voit donc dans ces trois projets, l’aviation à long rayon d’action russe vient d’entamer une mue profonde qui va transformer radicalement son visage à moyen-terme tout en lui offrant des capacités inenvisageables actuellement. La standardisation de la flotte de bombardement stratégique russe à l’horizon 2030 se fera sur base de deux appareils ayant chacun leurs spécificités; l’idée de base est louable mais il reste à voir si la Russie sera à même de réaliser ses ambitions et ce que ce soit d’un point de vue technique et financier.

Nous aurons donc encore largement l’occasion de revenir sur la question.

_________________________________________________________

Pour poursuivre la lecture relative au PAK DA, la lecture du dossier suivant est recommandée; https://redsamovar.com/2017/03/06/dossier-le-pak-da/

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s