[Dossier] Le Sukhoï Su-30MKA

L’Algérie s’est lancée vers la fin des années 90, soit peu après la fin de la guerre civile, dans un vaste programme de modernisation de ses forces armées. L’URSS ayant été de longue date un fournisseur fidèle pour la « Al Quwwat Al Djawia Al Djaza’eria » (la force aérienne algérienne), c’est donc très logiquement vers la Russie que les Algériens se sont tournés pour se fournir en matériels modernes.

Dans le cadre du renouvellement et de l’extension de sa flotte de chasse, l’Algérie passa commande en 2006 d’une série de 28 MiG-29SMT et 6 MiG-29UB ainsi que de 28 Su-30MKA.

Ironie du sort, c’est l’achat des MiG-29SMT/UB qui va permettre aux algériens de se concentrer sur le Su-30MKA et de plus d’en recommander par la suite.

Les livraisons en cours du 3ème lot de Su-30MKA sont l’occasion idéale pour revenir sur cet appareil et son historique.

Genèse du Su-30MKA

Au début de l’année 2006, l’Algérie et la Russie négocient un « méga-contrat » d’une valeur estimée à 7,5 milliards d’USD portant sur l’acquisition d’une vaste panoplie d’armements. La Russie souhaitant se « remettre en selle » sur le marché de l’export en proposant ses équipements les plus pointus tandis que l’Algérie avait un besoin urgent de renouvellement de son matériel disponible; tout ce petit monde s’étant donc bien trouvé.

La valeur de ce contrat est à mettre en perspective; il faut savoir notamment que si le montant peut paraître énorme (eu égard au budget local), en réalité il y a un jeu comptable derrière cette commande.

Les Algériens avaient encore une dette extérieure vis-à-vis de la Russie estimée à 5 milliards d’USD. Cette dette trouvant ces origines dans des contrats antérieurs datant de l’époque soviétique; par conséquent, les Russes ont effacés la dette concernée en échange de quoi les Algériens passèrent la commande en date du 10 mars 2006 après rencontre entre les chefs d’état respectifs: Vladimir Poutine et Abdelaziz Bouteflika.

Ce contrat comprenait notamment 16 Yak-130, 28 MiG-29SMT, 6 MiG-29UB, 28 Su-30MKA et 180 T-90SA ainsi que d’autres systèmes d’armement.

mig-29ubfb-02argelino

MiG-29UB algérien codé « FB-02 ». Photo@Scramble.nl

On le voit donc, l’Algérie avait décidé de varier ses approvisionnements en se fournissant à la fois en MiG-29 et en une variante du Su-30MKI adaptée aux exigences algériennes: le Su-30MKA.

Avant de continuer sur cette question, je tiens à préciser que l’appareil étant dérivé du Su-30MKI indien, on parle parfois de Su-30MKI(A). Par facilité et par convention, je ferais usage de la dénomination Su-30MKA pour décrire les appareils algériens.

La livraison des MiG-29SMT débuta rapidement mais peu de temps après réception des premiers appareils; les militaires algériens soulevèrent le fait que les appareils ne semblaient pas être neufs mais des appareils anciens modernisés au standard MiG-29SMT.

mig-29smt_fc-14_3017_argelino_1

MiG-29SMT algérien codé « FC-14 ». Photo@KeyPublishing.com

N’étant pas satisfaits des appareils reçus et ayant l’impression de s’être faits rouler dans la farine, ils décidèrent donc de renvoyer les appareils en Russie, de refuser toutes livraisons supplémentaires de MiG-29 et de geler les paiements pour les appareils.

A la même période, soit en juillet 2007; deux Su-30MKA prototypes sortirent des chaînes de production de l’usine IAPO d’Irkutsk. Codés « 101 Bleu » et « 102 Bleu », les appareils servirent à mettre au point et valider les systèmes embarqués des nouveaux Su-30MKA.

zhukovsky-28-12-2007-3

Premier prototype du Su-30MKA, le « 101 Bleu » qui deviendra plus tard le KF-12. Photo@Strizhi.ru

Les modifications entre le Su-30MKI et le Su-30MKA étant minimes, les premiers appareils livrés aux Algériens le seront déjà en date du 23/12/2007. Le transfert des appareils se faisant en soute via des An-124 Condor.

Pour en revenir aux MiG-29SMT/UB; il faudra attendre une rencontre au sommet entre les chefs d’états algérien et russe en février 2008 pour trouver une solution « honorable » qui convienne à tous.

Les MiG-29SMT/UB furent repris tandis que l’Algérie se voyait offrir la possibilité de commander des Su-30MKA supplémentaires à tarif très réduit. Signalons que les MiG-29SMT/UB refusés ont été rachetés par l’état Russe et ensuite livrés aux VKS. Plusieurs condamnations à des peines de prison ont été prononcées dans ce dossier par la justice russe.

Les livraisons des 28 Su-30MKA s’étalèrent entre décembre 2007 et mai 2010, date à laquelle ils furent déclarés opérationnels. Les Algériens semblant pleinement satisfaits des appareils et ayant droit à un « tarif promotionnel » passèrent commande pour 16 Su-30MKA de plus en décembre 2010. En vue de faciliter l’entraînement des pilotes, deux Su-30MKA furent temporairement basés à Zhukovski (près de Moscou) où ils étaient employés pour les formations des pilotes.

309_%d0%bc%d0%ba%d0%b8%d0%b0_%d0%b0%d1%85%d1%82_201110

Un des deux Su-30MKA basés à Zhukovski et codé temporairement « 309 Bleu » assurant l’entraînement des pilotes algériens. Photo@Russianplanes.net

Le deuxième lot de 16 Su-30MKA fut livré entre 2012 et 2014, les appareils étant rigoureusement identiques aux appareils antérieurs.

Il faudra attendre décembre 2015 pour voir l’Algérie signer l’acquisition d’un 3ème lot de Su-30MKA. Cette fois-ci, ce sont 14 appareils qui furent commandés.

Comme de coutume avec IAPO (Irkutsk), les appareils sortent d’usine vers la fin novembre et sont livrés dans le courant du mois de décembre et début janvier. C’est pourquoi la livraison des Su-30MKA du dernier lot – en date – est en cours actuellement.

Tous (ou presque) les Su-30MKA sont peints dans une livrée grise foncée identique à celle appliquée sur les Su-30MKI indiens et sur les Su-30MKM malaisiens. Les appareils portent des numéros d’identification débutant tous par « KF » et suivi par deux chiffres (ex: KF-24), ces numéros sont peints sur le nez des appareils à hauteur du cockpit.

200690

Su-30MKA en attente de ses marquages définitifs. Photo@Russianplanes.net

Au point de vue des affectations, les Su-30MKA sont répartis en escadrons de 14 appareils et sont présents sur 3 bases;

1. 121ème escadron de défense aérienne basé sur l’aéroport militaire d’Oum El Bouaghi

2. 122ème escadron de défense aérienne basé sur l’aéroport de Ouargla

3. 123ème escadron de défense aérienne basé sur l’aéroport de Tamanrasset

Les 14 appareils supplémentaires formeront un nouvel escadron basé à Reggane.

sans-titre

On voit sur cette carte la future base des Su-30MKA du 3ème lot. On aperçoit sur la droite les deux zones (en épis) aménagées pour le parking des appareils. Les pistes ont l’air d’avoir été rénovées récemment. Photo@Google Earth

Su-30MKA, un peu de technique

Le Su-30MKA est un Su-30MKI adapté aux exigences algériennes, nous l’avons déjà indiqué auparavant.

Mais quelles sont ces exigences? En réalité, il n’en existe qu’une seule – pour des raisons géopolitiques –  sur laquelle le client ne veut pas transiger: l’interdiction d’avoir des équipements d’origine israélienne dans les appareils.

Concrètement cela implique le retrait et le remplacement de l’afficheur tête haute (HUD) et du générateur de cartes digitales par du matériel indien (HUD HAL Su 967, copie indienne du modèle Elbit portant la même dénomination).

L’appareil fait partie de la famille des Su-30MK (version avec plan canards) produite par l’usine IAPO d’Irkutsk. Cette famille comprend donc le Su-30MKI, Su-30MKM, Su-30MKA et le Su-30SM.

D’un point des vue des performances générales de l’appareil: il n’y a aucune différences fondamentales avec le Su-30MKI. Il s’agit d’un intercepteur polyvalent « lourd » à long rayon d’action.

Le Su-30MKA a une envergure de 14,7m, une longueur de 21,935m, un rayon d’action de 3000 Km (sans ravitaillement), une distance franchissable (avec deux ravitaillements) de 8000 Km,  une masse à vide de 18 tonnes, une MTOW à 38,8 tonnes et outre l’emport d’un canon GSh-30-1, il peut emporter 8 tonnes d’armement répartis sur 12 points fixes.

sukhoi-su-30mki

Schéma du Su-30MK avec les emports possibles. Schéma@???

L’appareil est propulsé par deux Lyulka AL-31FP à poussée vectorielle d’une puissance de 123 kN chacun.

Le Su-30MKA serait doté d’un radar NIIP N011M Mk 3 BARS (PESA); il s’agit d’une variante du N011M BARS dont le calculateur a été remplacé par un système indien le « Vetrivale RC » conçu sur une processeur i960. Le système a été développé par et pour les Su-30MKI indiens et il semble que les Su-30MKA aient été équipés de la même version également. Si le radar N011M Bars est une certitude, c’est la version de ce dernier qui est soumise à questionnement.

Le Su-30MKA dispose d’un système IRST OLS-30, d’un système d’alerte d’approche de missiles MAW-300 (MAWS) ainsi que d’un radar d’approche arrière (RWR) RWS-50. Le pilote dispose de 3 afficheurs LCD multifonctions dans son cockpit pour l’affichage des informations tandis que l’officier du système d’armement dispose de 4 écrans LCD.

refueling-su30dz

Su-30MKA « KF-12 » en cours de ravitaillement par un IL-78 Algérien. Photo@su-27flanker.com

L’appareil peut être ravitaillé en plein vol. Cette capacité ayant été testée et validée: l’Algérie ayant fait l’acquisition de 6 IL-78 pour ce faire. Cependant, une partie des appareils en question ne sont plus employés actuellement dans ce rôle… le Su-30MKA avec sa grande allonge pouvant couvrir la quasi intégralité de ses missions sans se reposer sur le ravitaillement en vol.

Su-30MKA(R)?

Comme indiqué plus haut, l’Algérie disposera à terme de 58 Su-30MKA. Vraiment? Il semblerait que oui. Ou pas. Explications.

En effet, si l’on se base sur les rares sources disponibles sur cette question: il existerait une variante méconnue sur laquelle très peu d’informations filtrent. La première commande passée par l’Algérie ne contiendrait pas 28 Su-30MKA comme indiqué auparavant mais bien 24 Su-30MKA et 4 Su-30MKA(R).

Les 4 Su-30MKA(R) formeraient une variante spécialisée du Su-30MKA destinée à assurer des missions de reconnaissance et de guerre électronique en accompagnement des Su-30MKA.

Pour ce faire, les 4 appareils en question seraient dotés d’un pod de reconnaissance Damocles de chez Thales (aucune confirmation officielle) ou du pod Sapsan-E ainsi que de contre-mesures électroniques poussées (pods SAP-14 et SAP-518) permettant d’assurer la protection des autres appareils.

56022410

Su-30MKA « KF-24 ». Photo@aafpilote

Les appareils sont facilement reconnaissable des autres Su-30MKA par leur camouflage deux-tons (bleu clair et gris) qui diffère du gris foncé employé sur les Su-30MKA.

D’après les relevés et sur base de photos; les 4 Su-30MKR seraient les « KF-18 », « KF-22 », « KF-24 » et « KF-26 ».

sans-titre

On peut voir sur cette photo la différence de camouflage entre les Su-30MKA et les Su-30MKA(R). Les appareils sont vus ici sur l’aéroport militaire d’Oum el Bouaghi. Photo@Google earth

Cependant, l’histoire du Su-30MKA(R) est avant toute chose un mythe qui a la vie dure.

Un sage a dit un jour « qu’une phrase répétée 10.000 fois n’en devient pas une vérité pour autant« ; il en va de même pour l’hypothétique Su-30MKA(R).

Ces derniers peuvent emporter des pods SAP-14 et SAP-518… à l’instar de tous les autres Su-30MKA/I/M tandis que le pod Damocles de Thales est monté sur les Su-30MKM (Malaisie) donc l’intérêt d’un appareil « spécifique » pour assurer ces emports n’a aucun sens pas plus que les missions de reconnaissances qui sont déjà prises en charge par les variantes spécifiques des MiG-25 et Su-24 disponibles dans la flotte algérienne.

En fait ces 4 appareils sont les premiers appareils de série (hors prototype « 101 et 102 Bleu ») et leur camouflage différent découle du fait que les militaires algériens ont changé d’avis en cours de livraison. On peut d’ailleurs facilement voir que les 4 Su-30MKA en question disposent du même camouflage que les MiG-29SMT/UB refusés.

Au final, les 4 Su-30MKA(R) ne sont en réalité que de simples Su-30MKA; l’observation des photos disponibles des appareils permet de voir que rien ne les différencie des autres appareils de série. Or une variante spécialisée en reconnaissance et guerre électronique doit disposer d’attributs clairement visibles sur tout appareil spécialisé sur ces tâches.

La première commande était donc bel et bien composée de 28 Su-30MKA.

En conclusion

Avec une flotte de 58 Su-30MKA, auxquels viennent se rajouter des MiG-29, des Su-24 et dans une moindre mesure des MiG-25: l’Algérie dispose donc d’une flotte aux larges capacités offensives.

Le Su-30MKA est un appareil qui, bien que répondant initialement aux besoins russes et puis indiens, a su parfaitement s’adapter aux besoins algériens en offrant une capacité d’emport importante et la possibilité de couvrir de longues distances sans s’appuyer sur une large flotte de ravitailleurs. Ceci étant très utile au vu de la superficie à couvrir par les appareils.

L’Algérie ne communiquant pas ou extrêmement peu sur ses acquisitions militaires, par conséquent il y a beaucoup de rumeurs et de présupposés infondés au sujet d’achats de certains appareils et ceci couplé à l’absence – malheureusement – de fiabilité des sources locales (principalement les médias locaux) font que les informations disponibles sont à prendre avec énormément de réserve.

Cependant, avec un budget militaire (estimé à 13 milliards USD en 2015) en croissance continue depuis plusieurs années, avec des commandes en cours de discussions (Su-32/34), des essais supposés mais pas démontrés (Su-35S?): il est évident que la flotte aérienne algérienne est appelée à croître à la fois en taille et en capacités dans les années à venir.

L’utilité de cet accroissement est discutable au vu des capacités militaires disponibles au sein des pays limitrophes mais ceci est une question beaucoup plus vaste qui ne concerne qu’indirectement le Su-30MKA…

Gageons cependant que les Russes sont certainement très heureux d’avoir un client aussi fidèle depuis autant de temps.

5 réflexions sur “[Dossier] Le Sukhoï Su-30MKA

  1. les su-30mka sont de tres bon vecteurs mais la je pense qu’il faut pensé a une modernisation car les premiers mka ont etais livré en …2006 et depuis le temps il ya eu une évolution technologique dans ce segment notament Radar AESA , matériaux spécifique pour réduire la signature radar le tous avec un pod thalios le reve pour moi et avec sa pas besoin de su-35s

    J'aime

    • Le pod est la seule partie réellement importante ainsi que la mise à jour du système de guerre électronique. Le Bars est un radar puissant et polyvalent qui remplit encore parfaitement son rôle.

      Autant effectuer une MLU légère du -MKA et attendre l’arrivée du PAK FA; vu les dotations des pays limitrophes, le -MKA est largement supérieur à ce qui vole dans le coin.

      Par contre remplacer les Su-24M/MiG-25 est beaucoup plus pressant.

      J'aime

      • la réduction de la signature radar est aussi tres importante, et il faut pas oublier que a coté il y a du f-16 avec pod sniper , rafale f3, f-18, typhonn.. car les pays limitropphe c’est aussi la rive north de la méditéranée et pas seulement le voisin de l’ouest.
        concernant les su-24m/mig-25 le mka est polyvalant et il peut remplassé les deux apareils il fait le boulo d’intercepteur mais aussi attaque au sol surtout si demain il sera équipé de pod, mais selon des sources fiables il yaura du su-32 et su-35s au sein de l’armée de l’air pour palier le retrait des mig29 25 et su-24.

        J'aime

      • Je pars du principe que tant que je n’ai pas vu une commande officialisée, je n’y crois pas. Et ceci est valable pour tous les pays.

        J’ai vu suffisamment de « contrats signés » (ou annoncés comme tel) mais jamais réalisés. La patience est mère des vertus.

        J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s