[Actu] Le salon de l’armement ARMY-2018 (2)

Après une première partie concernant les annonces au sujet des matériels aéronautiques et navals, il est désormais temps de passer au sujet des matériels terrestres, qu’il s’agisse des véhicules blindés ou des équipements d’infanterie.

Du fait d’une (très) vaste quantité d’information, cet article reprendra les principales annonces et nouveautés et n’aura pas un caractère exhaustif.

Nouveautés

T-15 avec module 57 mm

Le T-15 Armata est un véhicule de combat d’infanterie lourd développé sur la plate-forme chenillé éponyme qui a été présentée officiellement pour la première fois lors du défilé militaire de la Victoire du 9 mai 2015.

Alors que la communication à son sujet s’est faite plutôt rare depuis (l’engin n’ayant pas participé aux défilés des années suivantes et n’était pas présent lors des principaux salons de l’armement nationaux), le T-15 a fait son grand retour au salon ARMY-2018 avec un module doté d’un canon de 57 mm.

5800118_original

Le T-15 doté du module AU-220M au 17 août. Photo@Mikhail Zherdev.

En effet, c’est en date du 17 août que l’on pu voir les premières photographies de cette configuration sur un T-15. Plus précisément, le module inhabité en question semble être l’AU-220M développé par la JSC « Central Research Institute Burevestnik« , qui est donc doté d’un canon de 57 mm (dont la dénomination GRAU serait sous toute réserve 2A91), d’une mitrailleuse coaxiale 6P7K (PKTM) de 7,62*54 mm et également d’un système de rails B07S1.01.160 conçu pour deux lanceurs placé à la droite de la tourelle, permettant l’emploi de missiles anti-chars 9M120-1 et thermobarique 9M120-F1 Ataka-T.

Caractéristiques du module de combat AU-220M:

  • Portée de tir maximale: 14,5 Km
  • Plafond de tir maximal: 7500 m
  • Cadence de tir: 80 cps/min
  • Dotation en munitions: 80 obus et 500 cartouches
  • Élévation du canon: -5/+60°
  • Masse totale du module (équipements et munitions inclus): 3650 Kg
  • Protection (sur l’arc frontal): contre les munitions APDS de 25 et 30 mm de face à environ 500 m
  • Protection (tous azimuts): contre les munitions perforantes de 7,62*54 mm et 7,62*51 mm OTAN

La tourelle est également équipée de six lances-grenades fumigènes situés à la base du canon. En ce qui concerne le système de conduite de tir, on peut remarquer un premier système opto-électronique à l’avant de la tourelle à la gauche du canon, qui est logiquement destiné au tireur, alors qu’un autre optique, placé sur la tourelle, doit être mise en oeuvre par le commandant. Ce dernier optique semble par ailleurs pouvoir bénéficier d’un débattement vertical au vu de la manière dont il est configuré.

5818286_original

Le T-15 doté du module AU-220M. Photo@SaidAminov.

Un tel armement était à l’étude depuis un certain temps pour équiper les blindés de combats d’infanterie de nouvelle génération, bien que l’on ne savait alors pas quand est-ce que cette mise à niveau allait être présentée. Il était toutefois prévisible que le T-15 soit le premier des IFV de dernière génération (comprenant également l’Объект 695 Kurganets-25 -aussi appelé B-11– et le VPK-7829 K-17 Bumerang) à être doté de ce module: devant intervenir aux côtés des chars de combat T-14 en première ligne, il se devait de posséder un armement de plus forte puissance à même de rapidement neutraliser les points d’appuis aussi bien en milieu ouvert qu’urbanisé tout en devant lutter avec efficacité contre les IFV de l’OTAN les plus lourds.

2S38 Derivatsiya-PVO

Le salon ARMY-2018 est également l’occasion de présenter au public le 2S38 Derivatsiya-PVO.

Alors que l’existence de ce blindé a été révélée lors du forum ARMY-2017 sous formes de fiche technique et de maquette, il faudra attendre le 27 janvier dernier pour qu’une photo du prototype soit prise dans les locaux de la JSC « Centrale Research Institute Burevestnik« , et la présentation officielle de cet engin s’est donc faite lors de ARMY-2018. Par ailleurs, une version robotisée du 2S38 serait également dans les cartons.

5805538_1000

Le 2S38 exposé à ARMY-2018. Photo@Mikhail Zherdev.

Le 2S38 est un blindé anti-aérien basé sur la caisse du BMP-3 mis en oeuvre par un équipage de trois hommes (commandant, tireur et conducteur) sur laquelle est montée une tourelle inhabitée également dotée d’un canon de 57 mm (qui pourrait être également le 2A91 ou un modèle dérivé) ainsi que d’une mitrailleuse 6P7K montée pour la protection rapprochée du blindé; toutefois, les performances offertes par ce module sont légèrement différentes à celles de l’AU-220M.

  • Portée de tir pratique maximale: 6000 m (14,5 Km maximum)
  • Plafond de tir pratique maximal: 4500 m (9000 m maximum)
  • Cadence de tir: 120 cps/min
  • Dotation en obus: 148 obus et 1000 cartouches
  • Élévation du canon: -5 à -7/+75°
  • Masse totale du module (munitions et équipements inclus): environ 5000 Kg
  • Vitesse maximale de la cible: 500 m/s (soit 1800 Km/h)

Pour ce qui est des optiques, le 2S38 voit l’installation d’un système opto-électronique OES OP situé sur la tourelle, conçu par la société biélorusse « Peleng » (et probablement produit sous licence en Russie par la JSC « VOMZ« ), pouvant opérer sur 360°. Trois canaux sont disponibles pour ce viseur: un canal TV, un canal optique et un canal thermique.

Ainsi, un drone léger (de type Bird-Eye 400) peut être détecté à près de 700 m avec le canal TV et à 4900 m avec le canal optique. Pour ce qui est d’un avion de CAS (Close Air Support) tel un A-10, les performances de détection sont de 6400 m avec le canal TV et de 12,3 Km avec le canal optique. Enfin, le canal thermique permet la détection d’une cible de 2,3*2,3 m dans 80% des cas à une distance de 10 Km et son identification à 4000 m.

5803394_1000

Le 2S38 exposé à ARMY-2018. Photo@Mikhail Zherdev.

Couplé avec le développement de munition guidée avec un taux de coup au but estimé à 80%, le 2S38 doit ainsi pouvoir faire face à une grande variété de cible, que ce soit des aéronefs ou des munitions.

Par ailleurs, le 2S38 est également capable si besoin de lutter contre des objectifs terrestres. Pour ce faire, un système de visé destiné aux tirs horizontaux est placé à l’avant de la tourelle et une variété  de munition comprenant des obus explosifs et perforant – un projectile APFSDS est également en développement – permet de faire face aussi bien à l’infanterie et aux positions aménagées qu’aux véhicules blindés.

Pour renforcer sa protection, des caissons sont montés sur les flancs du blindé, destinés à mettre en échec les roquettes anti-chars et les munitions de petits et moyens calibre. Par ailleurs, à l’instar des blindés de la plate-forme Kurganets-25, il est possible que ces caissons améliorent la flottabilité du 2S38.

BTR-87

Le BTR-87 a été exposé pour la première fois lors du forum ARMY-2016 (bien qu’une présentation à un comité restreint du blindé a eu lieu lors du forum ARMY-2015) et le projet évolua progressivement au fil des éditions jusqu’à aujourd’hui, où le BTR-87 présente d’autres innovations.

Le BTR-87 est donc un véhicule de transport de troupes en configuration 8×8 dérivé du BTR-82A dont il en reprend les principales caractéristiques, comme la tourelle BPPU doté d’un canon 2A72 de 30 mm et d’une mitrailleuse coaxiale 6P7K, sans compter le viseur thermique TKN-4GA-02. Toutefois, il présente deux différences majeures: en premier lieu, le moteur en V de 8 cylindres KAMAZ-740.14‑300 de 300 ch prend place désormais à l’avant du blindé et non plus à l’arrière de celui-ci; en conséquence, le groupe embarqué prend désormais place à l’arrière du blindé et peut sortir de celui-ci par deux portes arrière.

2945304_original

Le BTR-87 original. Photo@?

Ainsi, le BTR-87 offre un niveau de protection plus élevé (le moteur pouvant servir à encaisser un projectile avant qu’il n’atteigne le compartiment de combat) et une survivabilité accrue pour l’infanterie embarquée, qui n’a plus à sortir sur les côtés et au-dessus de l’engin directement sous le feu ennemi.

Le BTR-87 se voit modifié une première fois lors du salon ARMY-2017 avec l’installation de quatre lances-missiles 9K135 Kornet-EM, lui permettant de faire face aux blindés lourds ennemis, avec notamment le missile 9M133-M2 d’une portée maximale de 8000 m et donné pour perforer 1300 mm d’équivalent RHA et après ERA, ou aux cibles « molles » grâce à des missiles à charge thermobarique tel le 9M133-FM3 d’une portée maximale de 10 Km.

e700b41c0bc2d746744d866cde1160d8

Le BTR-87 exposé à ARMY-2017. Photo@Vitaly.V.Kuzmin.

Et cette année, le BTR-87 revient sous une nouvelle forme. Alors que la plate-forme reste inchangée, une nouvelle tourelle télé-opérée prend désormais place. Ce module est doté d’un canon 2A42 de 30 mm, de l’incontournable mitrailleuse coaxiale 6P7K et également du B07S1.01.160 pour le montage de deux lanceurs Ataka-T. Par ailleurs, le module semble doté de systèmes opto-électronique des plus récents, aussi bien pour le tireur que pour le commandant.

N84cH

Le BTR-87 exposé à ARMY-2018. Photo@SaidAminov.

UBIM/Объект 153

UBIM est l’acronyme de Универсальная Бронированная Инженерная Машина, ce qui se traduit par Véhicule Blindé Universel du Génie, également connu sous l’appellation d’usine Объект 153 et faisant partie du projet « Robot-3 ». Une maquette de cet engin a été présenté au cours du forum ARMY-2017, et le salon ARMY-2018 est l’occasion de voir l’engin en réel.

Ainsi et comme son acronyme l’indique clairement, il s’agit d’un engin du génie destiné à préparer et faciliter le passage des troupes, succédant ainsi aux traditionnels IMR (engins d’ingénierie) et BAT (engins bulldozer) – il pourrait également posséder des capacités limitées de dépannage – conçu sur la base du T-90M duquel il en reprend certains composants, tel le moteur diesel V-92S2F de 1130 ch lui permettant de rouler à la vitesse maximale de 60 Km/h sur route avec une autonomie de près de 500 Km.

aWMucGljcy5saXZlam91cm5hbC5jb20vYW5kcmVpX2J0LzE4NDI1NjgyLzEzMzE3MzIvMTMzMTczMl9vcmlnaW5hbC5qcGc_X19pZD0xMTEwMzI=

L’UBIM exposé à ARMY-2018. Photo@ic.pics.livejournal.com

L’UBIM, est mis en oeuvre par un équipage de deux homme -le commandant et le conducteur-mécanicien- et possède également un compartiment permettant de loger trois sapeurs. La masse du véhicule est de moins de 55 tonnes (ce qui sous-entend toutefois que la masse du blindé est supérieure à celle du T-90M, qui pèse 48 t).

l’UBIM est doté d’une panoplie d’outil, tel une lame-bulldozer destinée à évacuer les gravats et autres obstacles dans le but de dégager un passage aux troupes et un excavateur hydraulique  pour déplacer des obstacles ou des matériaux. Par ailleurs, un marteau hydraulique peut être employé à la place de l’excavateur, de même qu’un treuil placé à l’arrière de l’engin.

4778379

l’UBIM en pleine démonstration de son excavateur. Photo@service de presse d’UralVagonZavod.

Des équipements spéciaux sont également présent  sur l’UBIM à destination des sapeurs embarqués, tel qu’un détecteur de mines portable et un système de reconnaissance NRBC (Nucléaire, Radiologique, Bactériologique, Chimique), de même que différents outils manuels et hydrauliques.

Pour sa défense rapproché, une mitrailleuse 6P49 Kord télé-opérée dotée de 1200 cartouches qui bénéficie également d’un système de visée doté d’un canal TV et thermique couplé avec un télémètre laser est à la disposition du chef d’engin. Par ailleurs, celui-ci peut observer les alentours du blindé via un système vidéo. En outre, huit lances-grenades fumigènes 902V Tucha sont montés à l’avant du blindé pour camoufler l’engin si la situation vient à se dégrader.

4778369

Gros plan sur la mitrailleuse 6P49 télé-opérée de l’UBIM. Photo@service de presse d’UralVagonZavod.

Enfin, pour ce qui est de la protection brut, l’UBIM est doté d’un blindage en acier et en céramique pour arrêter les éclats d’obus et les munitions de petits et moyens calibres. Toutefois, des plaques de plomb – qui semblent remplacer les plaques de céramiques – peuvent être installés pour améliorer la protection de l’engin en milieu NRBC.

Dans le futur, il est possible qu’une variante soit développée sur la plate-forme Armata, bien que rien ne soit officiellement confirmé.

Système anti-aérien Sosna

Le Sosna est un système anti-aérien dont la maquette a été dévoilée pour la première fois au salon MAKS-2011 et dont les tests ont été achevés en 2017. C’est donc lors du salon ARMY-2018 qu’il a donc été exposé pour la première fois.

43296193565_b362e19d1b_b

Le complexe anti-aérien Sosna monté sur un châssis de MT-LB. Photo@SaidAminov.

Le Sosna est un système anti-aérien de courte portée mis en oeuvre par deux hommes (le conducteur et l’opérateur du système) basé sur un châssis de MT-LB; toutefois, il peut également être monté sur des plate-formes d’au moins 3,5 t, et il est prévu pour équiper le système anti-aérien aéroporté Ptitselov, basé sur un châssis de BMD-4M. Par ailleurs, une maquette présentant le dit système sur une caisse de BTR-80/82 a été montré lors d’ARMY-2018.

29265283737_baff9bdffc_b

Le complexe anti-aérien Sosna monté sur un châssis de BTR-80/82. Photo@SaidAminov.

Le complexe met en oeuvre 12 missiles 9M337 Sosna-R installés dans des conteneurs, d’une portée de 10 Km et pouvant toucher une cible à une altitude maximale de 5000 m.

43296191935_c09eb5b41b_b

Un missile 9M337 Sosna-R. Photo@SaidAminov.

Pour le guidage des missiles, le Sosna utilise un système opto-électronique doté de capteur thermique et d’un télémètre laser pour détecter, identifier et acquérir la cible, et-ce par tout temps. Par ailleurs, il semble que ce système puisse gérer ces tâches avec une certaine autonomie. Ce type de guidage permet en outre de ne pas être pris pour cible par les missiles anti-radiations.

Selon une information parue au cours de l’événement, le système Sosna devrait prochainement entrer en service au sein des forces armées russes.

Outre ces nouveautés de l’exposition statique, ARMY-2018 aura vu également bon nombre de matériels réaliser une démonstration dynamique (y compris avec des sessions de tirs), parmi lesquels le T-90M et le T-80BVM pour la première fois en démonstration dynamique pour le grand public, mais également le BMP-1AM Basourmanin -qui doit entrer en service l’année prochaine, le BMP-2M et également le KAMAZ-7850 (un porteur lourd 16×16 destiné au transport des ICBM et devant -à terme- remplacer les véhicules conçus et produits par la société biélorusse MZKT).

Army2018part1-046-X2

BMP-1AM Basourmanin à ARMY-2018. Photo@Vitaly.V.Kuzmin.

Concernant ce dernier, après un développement des plus laborieux (et suite à ce qui semble être un problème technique lors de la démonstration du 23 août dernier), il semble avoir enfin achevé sa campagne de test avec une possible signature de contrat à venir.

DlQD8j3X0AALT0s

Le KAMAZ-7850 au salon ARMY-2018. Photo@Vladislav Perminov.

Contrats et annonces

Blindés de la plate-forme Armata

Pour ce qui est du matériel terrestre, la commande phare signée lors de ce salon est incontestablement celle concernant la livraison d’ici 2021 de 132 blindés de la plate-forme Armata, comprenant aussi bien des chars de combat T-14 que des véhicules de combat d’infanterie T-15 (aucune information ne précise avec quel module de combat ces derniers seront livrés); par ailleurs, la commande inclurait également un petit nombre de véhicule de dépannage et de réparation (BREM) T-16. Par ailleurs, on sait que les neuf premiers engins de la commande -des T-14- seront livrés d’ici la fin de l’année.

44181749631_fcedf8c9ea_b

Un T-14 exposé à ARMY-2018. Photo@SaidAminov.

Ce contrat fait suite à une première commande révélée en février 2018 concernant la livraison de deux bataillon de T-14 (soit 62 chars) et d’un bataillon de T-15 (31-34 exemplaires) à des fins expérimentales.

Ces engins, qui seront livrés à la 2ème Division de fusiliers motorisés de la Garde « Tamanskaya » (intégrée à la 1ère Armée blindée de la Garde, dans le district militaire Occidental), devraient s’inscrire dans la future campagne de test qui débutera durant la période 2019-2020, comprenant les tests étatiques et les tests expérimentaux en « opérations », à savoir tester les engins et leurs composants dans différents types d’environnements, notamment les milieux polaires.

T-16_BREM_tracked_armoured_recovery_vehicle_Russia_Russian_army_defense_industry_640_001

T-16 Armata. Image@UKBTM.

Si la production des blindés de la plate-forme Armata -T-14 en tête- ne sera pas lancée de manière massive tant que les tests les concernant n’auront pas été achevés (c-à-d pas avant au moins 2020), la signature de ce contrat montre qu’il est totalement faux de dire que le programme Armata (de même que pour les programmes Kurganets-25 et Bumerang) a été abandonné pour quelque motif que ce soit et qu’il ne s’agirait que d’un matériel à but de propagande.

Par ailleurs, deux points concernant le développement futur du T-14 (qui ont été soulignés dans le dossier relatif à ce char) ont été précisé:

  • UralVagonZavod est techniquement prêt pour l’installation du 2A83 (modernisé) de 152 mm sur la plate-forme Armata; bien que l’article laisser penser au développement d’un engin spécialement conçu pour ce canon, il est probable que le T-14 soit le principal intéressé.
  • Les travaux concernant la version robotisée du T-14 sont toujours en cours.

MRAP et camion Tornado

Employés de manière importante en Syrie par la police militaire et, depuis peu, de la Rosgvardia, les MRAP (Mine Resistant Ambush Protected) se sont révélés des plus utiles dans cet environnement où le risque induit par les IED (Improvised Explosive Device) est particulièrement important. La Russie a développé et adopté différents engins de ce type sous la désignation générale Typhoon (Тайфун), lui-même subdivisé entre les Typhoon-K, conçu par KAMAZ (et produit et développé actuellement par la JSC Remdizel) et les Typhoon-U, conçu par UralAZ.

Army2016demo-142

Un KAMAZ-63968 à ARMY-2016. Photo@Vitaly.V.Kuzmin.

Et au cours du salon ARMY-2018, plusieurs commandes concernant ces véhicules ont été signées. Plus précisément, il s’agit de livrer d’ici 2020:

  • 59 Typhoon-K en configuration 4×4 (c-a-d des KAMAZ-53949),
  • 20 KAMAZ-63968 (configuration 6×6),
  • 27 ambulances blindées dérivées du KAMAZ-53949.

Si le second véhicule est assez connu de par sa participation aux différents défilés militaire de la Victoire du 9 mai de ces dernières années et sa participation active au sein de la police militaire en Syrie à partir du tout début de 2017, le KAMAZ-53949 est un véhicule plus récent (dévoilé pour la première fois en octobre 2015) et testé en Syrie à partir de 2018 en faible nombre (y compris au moins un exemplaire en version ambulance).

713bee0dec008f1e6a1488913524a367

Un KAMAZ-53949. Photo@Rosoboronexport.

Notons qu’une version anti-char du KAMAZ-53949 doté de systèmes Kornet-D (Kornet-EM) a été exposée pour la première fois durant le salon.

5815075_original

Des complexes Kornet-D monté sur un KAMAZ-53949. Photo@Mikhail Zherdev.

Par ailleurs, bien que cette information ne concerne pas un MRAP, un contrat a également été signé pour la livraison de 30 « camions Tornado » en configuration 6×6 d’ici 2019. Si le modèle exact n’a pas été spécifié, la description du véhicule laisse fortement penser à l’Ural-63704-0010 Tornado-U, qui a fait l’objet d’un article sur le blog plus tôt cette année. Et en rapport avec ce que nous avons écrit à son propos, il est probable que le premier lot de Tornado-U soit livré d’ici la fin de l’année.

Development_of_Russian_Ural_63704-0011_Tornado-U_6x6_truck_is_at_final_stage_925_002


Un Ural-63704-0010 Tornado-U exposé au Russian Expo arms 2015. Photo@ArmyRecognition.

Blindés aéroportés BMD-4M et BTR-MDM

Une commande a également été signée avec KurganMashZavod concernant la livraison de 132 BMD-4M et 58 BTR-MDM d’ici 2020 pour le compte des VDV.

Army2018part1-056-X2

Un BMD-4M à ARMY-2018. Photo@Vitaly.V.Kuzmin.

Alors que les livraisons de matériels terrestres sont assez erratiques suivant les années, celles concernant les nouveaux blindés aéroportés sont pour le coup des plus rythmées. En effet, à partir de 2016 -soit le début de la production en série des BMD-4M et BTR-MDM-, ce sont deux bataillons de chaque qui sont perçus par les forces aéroportées par an. Ainsi cette nouvelle commande est équivalente à:

  • 4 bataillons de BMD-4M (soit 4*31 blindés) et 8 engins destinés à des centres de formations,
  • 4 bataillons de BTR-MDM (soit 4*16 blindés) et 10 engins destinés à des centres de formations.
Army2018part1-074-X2

Un BTR-MDM à ARMY-2018. Photo@Vitaly.V.Kuzmin.

Ce qui est cohérent avec la date limite du contrat et ce que l’on a pu voir pour les livraisons des années précédentes, et porteraient donc à la fin 2020 à près de 328 et 185 BMD-4M et BTR-MDM en service au sein des forces aéroportés. Si le nombre d’engins à cette date ne permettra pas de remplacer pour le moment l’entièreté du parc de blindé vétustes des VDV, ces dernières pourront tout de même bénéficier d’un parc de matériel des plus récents non négligeable.

Remise à niveau des BMP-2, BMP-3 et BREM-1

Pour en finir avec les contrats avec le MinDef russe, on pourra noter des commandes concernant les BMP et véhicules dérivés, avec notamment la remise à niveau de près de 230 BMP-2 pour 2020 par la société UralVagonZavod.

Toutefois, l’article ne précise pas si il s’agit d’une simple réparation des engins pour les remettre en service tel quels ou si ces blindés doivent passer par une phase de modernisation (le choix le plus logique, le BMP-2 étant totalement dépassé en l’état) pour les mettre au niveau du BMP-2M, doté du module de combat Berezhok équipé de viseur à imagerie thermique, de quatre lances-missiles anti-chars 9K135 Kornet-EM et d’un lance-grenades AGS-17/AGS-30. Cette version est déjà en service au sein des forces russes à près de 50 à 70 exemplaires en date d’aujourd’hui.

Army2018part1-050-X2

Un BMP-2M à ARMY-2018. Photo@Vitaly.V.Kuzmin.

En outre, le contrat concerne également la réparation de 20 BREM-1, des véhicules de dépannage et de réparation basé sur un châssis de T-72, pour la fin de l’année en cours.

viet-nam-mua-t-90-lieu-co-mua-them-vu-khi-nay-anh-2

Un BREM-1. Image@Military-Today.com.

Enfin, il est également apparu vers la fin de l’événement que 67 BMP-3 seraient également remis à niveau par la société KBP Tula pour 2020. Là encore, aucune précision supplémentaire n’a été apportée concernant les détails de la remise à niveau ou de modernisation supplémentaire (l’ajout d’un viseur thermique Sodema?).

1496029032_ya

Un BMP-3 avec viseur thermique « Sodema ». Photo@AlexanderYurkovsky sur riavrn.ru.

Par ailleurs, si les articles indiquent également des contrats concernant des blindés de lutte contre les incendies et les systèmes TOS-1A, le peu d’informations les concernant ne nécessitent pas d’être détaillés ici.

Equipements d’infanterie de nouvelle génération

Le salon ARMY-2018 a été l’occasion d’en apprendre plus sur bon nombre de matériels et de technologies de nouvelle génération pour l’infanterie.

En premier lieu, alors qu’un exo-squelette « passif » ayant notamment servi lors de l’intervention militaire russe en Syrie (employé notamment par les troupes du génie) a été exposé, plusieurs informations sont apparues au sujet du développement d’un exo-squelette « actif » (doté de capteurs et autres systèmes électroniques) à destination de l’équipement d’infanterie Ratnik-3.

Il est apparu que des batteries pour équiper ce type d’exosquelette ont été conçues par la société « TsNIITotchMash ». Toutefois, des travaux visant à réduire l’encombrement de ces moteurs, accroître leur capacité et réduire leur consommation en électricité sont toujours en cours par la société.

1

Un concept d’équipement d’infanterie russe du futur. Photo@MinDef russe.

Cet exo-squelette actif devrait -en théorie- apparaître en 2025 avec l’équipement d’infanterie de nouvelle génération Ratnik-3 (les travaux de développements de cet équipement devant débuter à partir de 2019-2020). Cet équipement devrait intégrer des systèmes de caméras thermiques et de capteurs devant permettre d’améliorer la perception du soldat sur son environnement. Par ailleurs, Ratnik-3 devrait favoriser les capacités de guerre en réseau avec les autres composantes des fores armées avec un partage des informations et ainsi faciliter les prises de décision et la réactivité de l’armée.

ARMY-2018 a été aussi l’occasion de présenter la démonstration d’un échantillon d’un nouveau revêtement de camouflage (testé sur un casque pour l’occasion) développé également par TsNIITotchMash et dont le coloris peut changer avec son environnement pour améliorer la discrétion du soldat.

Ce revêtement doit servir pour le système d’équipement Ratnik-3 du fait de sa consommation en électricité -de 4 à 20 watts/m² avec un changement de couleur toute les 1,5 s- . A l’avenir, ce revêtement devrait permettre d’afficher des motifs complexes pour simuler au mieux l’environnement -par exemple l’effet du vent sur le feuillage-, et pourrait également être employé pour les véhicules.

Livraison des T-90M décalée à 2019

Dernière variante en date du T-90 et ayant pour nom de projet Proryv-3, le T-90M a été dévoilé lors du salon ARMY-2017, et c’est lors de cet événement qu’une (première?) commande pour la livraison de ce modèle de char fut signée. Plus tôt cette année, il fut révélé que les livraison de T-90M pour 2018 concerneraient 30 engins (soit l’équivalent d’un bataillon), dont 10 engins produits à neuf et 20 issus de T-90A modernisés.

Toutefois, il semblerait que la commande ait pris du retard, puisque la livraison du premier lot de char, qui concernerait « plusieurs dizaines » de blindés, soit désormais décalée à l’année prochaine.

Army2018part1-005-X2

T-90M à ARMY-2018. Photo@Vitaly.V.Kuzmin.

Par ailleurs, il conviendra de mettre fin à une rumeur concernant une nouvelle commande concernant 30 T-90M lors d’ARMY-2018: si la commande de 2017 ne précisait pas le nombre d’engins devant être livrés, ce qui peut laisser penser que d’autres lots puissent être livrés par la suite, il n’y a eu en revanche aucune commande supplémentaires de T-90M signée lors de cet événement.

Cette rumeur découle d’une faute de frappe d’un article de TV Zvezda à ce sujet en date du 21 août et qui indiquait que la commande de T-90M a été signée à ARMY-2018 au lieu d’indiquer ARMY-2017, et l’erreur fut reprise par certains blogs spécialisés (d’autres, plus prudent, ont indiqué qu’il s’agissait d’une information non confirmée).

Développement de missiles anti-char de nouvelle génération.

Lors du salon, une courte information a été publiée sur le développement d’une nouvelle gamme de missiles anti-char de nouvelle génération par la NPO « High-Precision Complexes« .

gal1

Représentation du 9K135 Kornet-EM. Image@kbptula.ru

Bien qu’aucune précision supplémentaire n’ait été divulguée concernant les caractéristiques recherchées, on peut supposer quelques pistes de développement pour ces ATGM:

  • Une véritable capacité « Fire and Forget » (si le Kornet-EM est indiqué comme étant doté de cette capacité, il s’agit en réalité d’un suivi automatique de la cible, ce qui nécessite toutefois que cette dernière soit en visuel jusqu’à l’impact),
  • Une capacité « Top-Attack » indépendante de l’opérateur (là encore, alors qu’une annonce récente a indiqué que les missiles Kornet/Kornet-EM seraient capable de mettre en oeuvre ce mode d’attaque, il faut pour cela que l’opérateur tire le missile nettement au-dessus de la cible, puis qu’il redirige le missile sur la cible et ainsi permettre de toucher la cible sur la partie supérieure…)
  • Une capacité NLOS (Non Line of Sight) permettant un tir sans avoir de ligne de vue directe sur la cible (le missile pourra alors être guidé via un désignateur laser externe et/ou via un autodirecteur).

Intérêt de l’Indonésie pour le 2S25M

Alors que le 2S25M Sprut-SDM1, un Self Propelled Gun basé sur un châssis modifié de BMD-4M armé avec un canon 2A75M de 125 mm et permettant aux VDV de bénéficier de capacités anti-char et d’appui-feu, est toujours en phase de développement (les tests le concernant se dérouleront l’année prochaine), il semble déjà intéresser des clients à l’étranger.

Army2016-293-X2

Un 2S25M Sprut SDM-1 exposé à ARMY-2016. Photo@Vitaly.V.Kuzmin.

En effet, selon le directeur de la société KurganMashZavod Peter Tyukov, l’Indonésie serait fortement intéressée par l’achat de ce blindé léger et devrait signer un contrat avec Rosoboronexport « dans un futur proche ».

Toutefois, l’intérêt de cet engin par l’Indonésie ne tient pas à sa capacité à pouvoir être largué en vol, mais plutôt à sa capacité amphibie. En effet, le 2S25M est, comme son prédécesseur, capable de naviguer en mer de niveau 3 (vagues de 50 cm à 1,25 m). Cette capacité est appréciable pour un pays morcelé en de nombreuses îles de tailles variable et transformerait finalement le 2S25M en un véritable char léger amphibie capable d’appuyer les troupes d’infanterie de marine (équipés entre autre de BMP-3F, une version adapté à l’environnement marin du BMP-3). Pour renforcer sa protection, un kit de sur-blindage est disponible, dévoilé au cours du salon et dérivé de celui disponible pour le BMD-4M (il ne semble pas compromettre la faculté amphibie du 2S25M).

1_51c965a5

La maquette du 2S25M avec le kit de sur-protection. Photo@Ilya Maksimov.

Il faudra désormais attendre pour en savoir plus sur la question (et espérer que cette potentielle commande ne se déroule pas comme la saga du Su-35…).

Conclusion de l’événement

Pour ce qui concerne le matériels terrestres, on peut en premier lieu observer le nombre de nouveautés qui furent présentés, avec beaucoup de matériels de dernière génération (à l’instar du T-15 avec le module AU-220M ou le 2S38), voire de technologies innovantes développées pour les équipements futurs (exosquelette actif, revêtement de camouflage dynamique, etc…).

Plusieurs contrats ont également été signés, avec en premier lieu celui concernant la livraison de blindés de la plate-forme Armata qui indique clairement la volonté de moderniser les SV, ce que rejoint par ailleurs les commandes concernant les véhicules MRAP et les nouveaux camions; toutefois, en attendant la mise au point de ces plate-formes, il est nécessaire de moderniser les engins déjà en service (ce que l’on peut constater avec la remise à niveau de plus de deux-cents BMP-2 et une soixantaine de BMP-3).

Pour ce qui est des VDV, il semble que les plans de rééquipement se déroulent à un rythme soutenu pour doter celles-ci de matériels modernes à même de servir une force particulièrement professionnalisée.

Bien évidemment, et comme dit au tout début de l’article, ce bilan du salon ARMY-2018 ne peux pas prendre en compte toute les informations en provenance de cet événement, nous passerons donc les informations concernant le domaine civils et les forces de l’ordre; pour ce dernier point, on pourra tout de même souligner le nombre de nouvelles au sujet des systèmes anti-drone, qu’ils soient portatifs ou non: au vu des possibilités offertes par ces engins, des contres-mesures doivent s’imposer rapidement pour prévenir tous risques contre des infrastructures civiles.

Les deux articles publiés sur ce blog montrent toutefois, comme on pouvait s’y attendre, que le salon de l’armement ARMY-2018 fut sans conteste l’événement majeur de l’année concernant l’industrie de défense russe, avec près d’un million de visiteurs au total (soit environ 300 000 de plus que lors du salon ARMY-2017) et un volume de commande de près de 130 milliards de roubles, soit pratiquement 2 milliard de dollars (en comparaison, le salon ARMY-2017 avait vu un volume de commandes équivalent à 40 milliards de Roubles).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.