[Actu] Crash d’un MiG-29KR (suite)

Le 13 novembre dernier, un des MiG-29KR de l’Admiral Kuznetsov s’abîmait en mer. Fort heureusement sans faire de victime, le pilote ayant pu être récupéré rapidement.

L’appareil concerné est le « 49 Bleu », un MiG-29KR qui faisait partie de la dotation de 4 appareils (3 MiG-29KR et 1 MiG-29KUBR) affectés sur le porte-aéronefs.

3712801_original
Le MiG-29KR « 49 Bleu » sur l’Admiral Kuznetsov. Photo@Alexeï Biriouk

Ce crash, fortement médiatisé, n’a certainement pas contribué à redorer le blason d’un déploiement russe critiqué de toutes parts.

De plus, il jette un froid sur l’emploi du MiG-29KR, ce dernier devant – à terme – devenir l’appareil en dotation sur le Kuznetsov en lieu et place des Su-33.

Plusieurs hypothèses par rapport à cet accident ont été initialement soulevées mais il semble que la cause – bien que pas encore officialisée – soit désormais connue. Alors qu’initialement les problèmes moteurs étaient invoqués comme cause du crash, il semble que la cause soit beaucoup plus « simple ».

Résumé des évènements du 13 novembre

Si l’on en croit cet article, trois MiG-29KR étaient à l’entraînement en date du 13 novembre.

Tout se déroulait sans problèmes jusqu’au moment de l’appontage, le premier MiG-29KR se posa sans difficultés le deuxième MiG-29KR enchaînant dans la foulée. Cependant, ce dernier lors de son appontage accrocha le deuxième brin qui se rompit immédiatement tout en endommageant également le troisième brin. Finalement bien qu’ayant déjà fortement ralenti, c’est le 4ème et dernier brin qui permit d’arrêter l’appareil.

7agtbb7
On voit sur ce schéma la position des 4 brins d’arrêt sur l’Admiral Kuznetsov

La situation se corsait pour l’appareil toujours en l’air; en effet avec deux brins indisponibles sur 4 et le besoin de les réparer rapidement: le 3ème MiG-29KR fut placé en boucle d’attente près du porte-aéronefs.

197883
MiG-29KUBR « 52 Bleu ». Photo@Russianplanes.net

La réparation prenant plus de temps qu’initialement prévu et devant l’indécision des contrôleurs aériens de dérouter l’appareil soit vers Chypre soit vers Khmeymim, le MiG-29KR s’est retrouvé en bingo fuel; ne laissant au pilote comme seule option restante que de s’éjecter de l’appareil avec, bien évidemment, la perte de l’avion…

Si cette version, déjà reprise par plusieurs médias locaux, tend à se confirmer elle est informative à plusieurs niveaux.

  • La valeur d’un MiG-29KR étant estimée à environ 31 millions de dollars, c’est une perte sèche non-négligeable qui aurait largement pu être évitée, au vu des circonstances de l’accident.
  • Le déploiement de l’Admiral Kuznetsov est avant toute chose un acte politique qui n’aura militairement que peu d’impact sur les frappes en Syrie. Ce sont principalement les appareils basés à Khmeymim qui assurent le gros du travail sur place. Cependant, perdre un avion – pour de telles raisons de surcroît – donne l’impression d’une certaine improvisation de la part des VMF qui cadre mal avec la médiatisation du déploiement.
  • Il s’agit du premier déploiement opérationnel de l’Admiral Kuznetsov, et comme on ne fait pas d’omelettes sans casser des oeufs, la perte d’un avion fait partie des risques encourus. Les VMF reviennent de loin (les années 90 ont causés de gros dégâts au sein de ce service) et il semble évident qu’il y a une phase d’apprentissage et de réacquisition des compétences qui est en cours actuellement au sein du porte-aéronefs et de son groupe naval.

En conclusion, l’appareil n’étant manifestement pas à mettre en cause, cet accident soulève des points intéressants qui démontrent que l’on ne déploie pas un porte-aéronef en deux claquements de doigts et ce à des fins – principalement – médiatiques…