[Actu] Le retrofit et la modernisation des artilleries automotrices ex-soviétiques

L’URSS a développé depuis les années 70 un certains nombres d’artilleries automotrices qui possédaient des rôles variés sur le champs de bataille en fonction de leur armement et de leurs caractéristiques techniques pour pouvoir soutenir les troupes du PAVA et détruire les installations ennemies de haute valeurs en cas d’un hypothétique conflit en Europe.

La fin de la Guerre Froide et la chute de l’URSS va sonner le glas de certains véhicules conçus principalement dans un cadre de conflits militaires avec l’OTAN et dont le maintien dans les unités n’étaient plus justifiable. Par ailleurs, l’arrivée en plus grand nombre du 2S19 Msta-S et ses variantes, matériel moderne et bien conçu, devait condamner à court terme ces automoteurs spécialisés, de même que les artilleries automotrices les plus anciennes et dont les performances n’étaient plus au niveau des matériels étrangers.

Cependant, la donne semble avoir changé, que ce soit avec le réarmement tout azimut des forces armées russes (suivant les moyens disponibles) ou les tensions avec l’OTAN. Et ces artilleries automotrices, devenues plus rares voir quasiment abandonnées, vont revenir en quantité importante dans la dotation des forces terrestres russes d’après un article en date du 16 novembre de RIA Novosti.

En effet, selon cette nouvelle, UralTransMach doit tout d’abord réaliser un retrofit et moderniser tous les 2S4 Tyulpan disponibles en état dans les réserves pour le compte du Ministère de la Défense russe d’ici 2020 ; actuellement, sur les 500 exemplaires encore conservés par les forces armées russes, près de 430 d’entre eux sont stockés en réserve.

ARMY2017-Demo-part1-093-X2

2S4 lors de l’exposition ARMY-2017. Photo@VitalyKuzmin.

Le 2S4 Tyulpan, développé durant la seconde moitié des années 60 et dont la production en série s’est déroulée entre 1972 et 1988, est un mortier automoteur servis par un équipage de 5 hommes qui reprend la caisse du 2S3 Akatsyia (canon automoteur de 152mm) et dont l’armement consiste en un mortier 2B8 de 240mm possédant une hausse de tir en configuration de combat comprise entre +50° et +80° et pouvant tirer à la cadence maximale de 1cp/min tout en embarquant 20 obus.

ARMY2017-Demo-part1-095-X2

Le mortier 2B8 en position de combat. Photo@VitalyKuzmin.

Ce mortier automoteur a la possibilité de tirer différents types de projectiles, dont la munition explosive 53-F-864 de 130 Kg d’une portée de 9 650m et un projectile à propulsion additionnelle 3F2, faisant passer la portée de tir maximale à un peu plus de 19 Km.

Par ailleurs, un projectile guidé, désigné 3F5 « Smelchak » peut-être employé, de même que des obus à sous munitions et même des obus à charges non conventionnelles, comme des obus à charge nucléaire… ces derniers n’étant sûrement plus en service depuis la fin de la Guerre Froide et ce pour des raisons évidentes.

image (1)

Schéma montrant le fonctionnement d’un tir de Smelchak. Image@?

Enfin, la motorisation est fournie par un moteur V-59U de 520ch, qui permet aux 27,5 tonnes du 2S4 de se mouvoir jusqu’à 62,5Km/h sur route et d’obtenir un rapport ch/t. de 18,9, ce qui est au niveau des chars soviétiques de son époque hors T-80.

Le 2S4 est conçu pour la destruction des objectifs lourdement protégés comme des fortifications, les postes de commandement, les cibles fortement retranchées et autres cibles de haute valeur pouvant difficilement être mis hors de combat par des artilleries de moindre puissance.

Cette puissance de feu considérable peut expliquer sa remise en service en quantités plus importantes. En ce qui concerne la modernisation des 2S4 Tyulpan pour le compte des forces terrestres, il s’agira surtout de remettre à niveau les composants importants du véhicule : cela comprend un nouveau système de visée, un nouvel équipement de navigation et une station radio moderne. Cette semaine, 16 2S4 ont déjà été modernisés et réceptionnés par les forces terrestres.

Ensuite, un autre canon automoteur doit aussi passer par une phase de retrofit et rentrer en plus grand nombre dans les forces terrestres selon la même source : le 2S7 Pion et sa version modernisée 2S7M Malka, qui se trouve actuellement disponible en très faible quantité au sein des unités d’artillerie.

SpB-Museum-artillery-23-X2

2S7 Pion. Photo@VitalyKuzmin.

Le 2S7 Pion est un canon automoteur basé sur une plate-forme de T-80, adopté en service en 1975 et produit jusqu’en 1990.

Le principal atout de ce canon automoteur, mis en oeuvre par un équipage de 7 personnes et pesant 46,5 tonnes, réside dans son canon 2A44 de 203mm dont la hausse va de 0° à +60°, pouvant atteindre un objectif à environ 37,5Km pour la munition explosive 3OF43 et jusqu’à 47,5Km pour la munition à propulsion additionnelle 3OF44.

2S7ammo

Différents projectiles de 203mm pour le 2S7, de gauche à droite : 3OF43, 3OF44 et 3-O-14 à sous-munitions. Image@armamentresearch.com.

Comme pour le 2S4, le 2S7 pouvait aussi mettre en oeuvre des munitions à charge nucléaire du fait de son rôle sur le champ de bataille : le 2S7 a en effet été conçu pour cibler les infrastructures de haute importance loin derrière la ligne de front : en cas de conflit en Europe, l’utilisation de munition à charge nucléaire aurait du permettre une destruction rapide de ces objectifs. Mais de la même manière que le 2S4, l’emploi de ces projectiles par le 2S7 aujourd’hui est hautement improbable.

Il semblerait par contre qu’un nouveau projectile à propulsion additionnelle soit en cours de développement. Il serait basé sur l’obus de 152mm à propulsion additionnelle d’une portée théorique de 70Km qui devrait équiper non seulement le futur 2S35 Koalitsyia-SV, mais aussi les 2S19 Msta-S et le canon tracté de 152mm 2A65 Msta-B. Les capacités du 2S7 à prendre à parti des objectifs loin derrière la ligne de front en seraient alors largement accrues.

snarad1000.png

Le nouveau projectile à propulsion additionnelle de 152mm, pouvant servir de base à une version de 203mm. Photo@AlexeiMoiseev.

Le 2S7 peut embarquer 4 projectiles et possède une cadence de tir d’environ 1,5cps/min, ces caractéristiques augmentent à 8 projectiles embarqués et une cadence de tir de 2,5 cps/min sur la version modernisée de 1983, le 2S7M Malka.

ARMY2017-Demo-part1-100-X2

2S7M Malka exposé à ARMY-2017. Photo@VitalyKuzmin.

Pour la motorisation, si le 2S7 est doté du V-46 de 780ch équipant les premières versions du T-72, la version 2S7M est doté d’un moteur V-84M de 840ch dérivé de ceux équipant les T-72B, permettant d’atteindre la vitesse maximale sur route de 50Km/h.

Pour ce qui est de leur remise en service dans les forces armées russes, si une première livraison récente semble s’être déroulée en décembre 2015 pour le District militaire de l’Est, peu d’informations supplémentaires sont en revanche disponibles, hormis le fait qu’ils doivent subir un entretien technique et il n’est pas fait mention du nombre d’exemplaires devant être livrés.

Enfin, une information en date du 17 novembre semble indiquer que les canons automoteur 2S1 Gvozdika pourrait subir eux aussi une lourde modernisation suite aux retours d’expérience des différents conflits militaire récents, et notamment leur engagement important lors du conflit syrien.

Le 2S1 Gvozdika est un canon automoteur léger adopté en service en 1971 et produit jusqu’à la chute de l’URSS.

2S1Gvozdika-03-X2

2S1 Gvozdika. Photo@VitalyKuzmin.

Basé sur un châssis de MT-LB modifié et mis en oeuvre par un équipage de 4 personnes, le 2S1 est équipé d’un canon 2A31 de 122mm installé dans une tourelle pivotant sur 360° et ayant une hausse de tir comprise entre -3° et +70°, offrant une cadence de tir de l’ordre de 4 à 5 cps/min et pouvant employer une vaste panoplie de munitions, avec entre autre: des obus hautement explosifs et des obus fumigènes dont la portée s’établit à environ 15Km ou des munitions à charge creuse dans le cas où le 2S1 serait confronté à des blindés à courte portée. Une munition guidée est aussi disponible, désigné Kitolov-2M d’une portée de 13,5Km et ayant 80% de chance de faire mouche.

Kitolov_(artillery_ammunition)

Une munition Kitolov-2M. Photo@Wikipédia.

L’un des points forts du 2S1 est sa mobilité : en effet, si les 300ch accordé par le moteur YaMZ-238N suffisent à donner aux 15 tonnes du 2S1 un rapport ch/t de 19,1, le faible poids de cet automoteur, couplé avec une capacité amphibie provenant de la caisse du MT-LB, permet au 2S1 de pouvoir facilement être transporté et de se déplacer là où d’autres canons automoteurs plus lourd seraient mis en difficultés.

Cet avantage semblerait avoir retenu l’attention de l’armée russe, car alors que le 2S1 se fait maintenant rare au sein des unités d’artilleries (environ 150 exemplaires dans les forces terrestres, plus une petite centaine au sein des troupes d’Infanteries de Marine), son maintien en service sous une forme modernisée serait désormais envisagé.

La modernisation, qui pourrait être confiée à une filiale de UVZ, porterait sur une forte automatisation du système de conduite de tir comprenant entre autre un nouveau calculateur balistique et de nouveaux viseurs, des munitions améliorant la performance du canon et enfin, un nouveau châssis pourrait être envisagé dans le cadre des substitutions aux importations, la plate-forme du MT-LB étant originaire d’Ukraine.

Le parc d’artillerie va donc recevoir  dans les prochaines années deux modèles d’artilleries de forte puissance, conçus pour détruire des cible de haute importance sur le champ de bataille. Si leur lieu de déploiement est inconnu pour le moment, un éventuel déploiement de ces engins dans le District militaire de l’Ouest et du Sud, enverrait un message très clair aux forces en présence. Par ailleurs, les forces armées russes songent désormais à la modernisation d’un système d’artillerie léger facilement déployable et doté d’une bonne mobilité.

Complétés par des canons automoteurs moderne comme le 2S19 Msta-s et ses variantes et à moyen terme par le 2S35 Koalitsyia-SV, l’artillerie russe aura alors une gamme de véhicule pouvant engager efficacement un grand nombre d’objectif dans différentes conditions.

Nous aurons l’occasion de revenir sur le renouvellement et la modernisation du parc d’artillerie russe au fil des annonces futures.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s