[Actu] Les MiG-29 serbes

La déclaration d’indépendance du Monténégro en date du 3 juin 2006 va impacter directement la République de Serbie et ses forces armés puisque c’est en date du 8 juin 2006 que la « nouvelle » force aérienne serbe est fondée. Connue sous le nom de RV i PVO (РВ и ПВО / Ратно ваздухопловство и противваздухопловна одбрана) soit la Force aérienne et la défense anti-aérienne, cette dernière est l’héritière lointaine de la Force aérienne yougoslave dont elle a récupéré une bonne partie des équipements après la dissolution du pays.

Ne faisant pas partie de l’Union Européenne (bien que candidate) pas plus que de l’OTAN (le pays observe une position neutre vis-à-vis de l’alliance bien que collaborant de plus en plus avec celle-ci), la République de Serbie (Република Србија) n’a guère investi dans ses forces armées durant les dix premières années de son existence ne consacrant qu’un pourcentage réduit de son budget à la modernisation de ses forces armées. Il semble que les processus de modernisation des forces armées voisines poussent le pays à se rééquiper correctement sans pour autant faire exploser la part du budget national consacré aux armées; c’est pourquoi le pays va combiner l’acquisition de matériels neufs à des acquisitions de matériels de seconde-main pour se rééquiper. Etant fort proche historiquement et politiquement parlant de la Russie, les deux pays ayant signé un accord d’assistance militaro-technique en décembre 2016, l’armée serbe a reçu à plusieurs reprises du matériel réformé par l’armée russe mais disposant encore d’un potentiel suffisant pour une deuxième vie en Serbie.

23447132746_fa34717edb_b
Arborant toujours ses marquages yougoslaves; le MiG-29 codé 18108 est toujours actif actuellement. Image@Urs Baettig

La force aérienne serbe ayant été constituée sur base de matériels récupérés à l’ancienne armée yougoslave, il n’est donc pas étonnant d’y trouver un mix entre des productions locales et des productions issues de l’ex URSS. En effet, la Yougoslavie disposait d’une industrie aéronautique pour le moins performante et innovante qui a produit plusieurs designs adaptés aux besoins locaux aussi elle se lança (même si le projet fut stoppé par la disparition de la Yougoslavie) dans le projet d’un appareil léger moderne: le Novi Avion (Нови Aвион). En très résumé, ce dernier aurait été un Dassault Rafale monomoteur adapté aux besoins locaux produit par SOKO et qui aurait du assurer le remplacement des MiG-21 et J-21 Jastreb yougoslaves.

Cependant, après avoir hésité dans le milieu des années 1980 entre le Mirage 2000, le F-16C et le MiG-29, c’est ce dernier qui va être choisi par la force aérienne yougoslave pour débuter le renouvellement de sa flotte composée majoritairement à l’époque de MiG-21 (et variantes). Le choix du MiG-29 se faisant notamment pour des considérations économiques (prix beaucoup moins élevé) ainsi que pour des considérations politiques: le F-16C étant soumis au bon vouloir américain et susceptible de sanctions/blocages en cas de changements politiques. Trente-cinq ans plus tard, il est amusant de voir que les constats posés à l’époque n’ont guère évolué…

250961 (1)
Et toujours le 18108 mais près de 20 ans plus tard et arborant les couleurs de la force aérienne serbe. Image@Ivan Voukadinov

Finalement, le 18 novembre 1986 la Yougoslavie va passer commande auprès de l’URSS de quatorze MiG-29 (Izd.9.12B) et deux MiG-29UB (Izd.9.51B); pour l’anecdote on peut signaler que la Yougoslavie, pays non-aligné, recevra des MiG-29 avant les pays satellites de l’URSS au sein du Pacte de Varsovie! Repris dans la classification yougoslave sous les références L-18 (MiG-29) et NL-18 (MiG-29UB), il s’agissait en réalité de variantes export du MiG-29 disposant d’équipements embarqués moins modernes que leurs équivalents soviétiques. Affectés à la base de Batajnica / Батајница (près de Belgrade) au sein du 127 LAE (l’escadron) du 204 LAP (le régiment), c’est le 24 septembre 1987 que les deux MiG-29UB arrivèrent en Yougoslavie ouvrant ainsi une nouvelle page de l’histoire aéronautique locale; les pilotes et techniciens yougoslaves choisis pour passer sur MiG-29 ayant débutés leur formation en URSS à partir de la fin juin 1987, les deux MiG-29UB effectuèrent leur première sortie opérationnelle le 20 octobre 1987. Les livraisons vont se succéder rapidement et les trois premiers MiG-29B vont arriver (après un transit via la Hongris) en date du 22 décembre 1987, suivi le 28 décembre 1987 de sept avions supplémentaires et enfin des quatre derniers le 20 avril 1988: la présentation officielle des avions ayant lieu le 15 mai 1988 sur la base de Batajnica.

Batajnica
La base de Batajnica avec dans l’encadré sa position (en rouge) par rapport à la capitale (en vert), Belgrade. Image@GMaps / Montage@RS

Bien que le Ministère de la défense ait fait état de son souhait de poursuivre l’acquisition de MiG-29, le Ministère de l’économie rejeta l’idée sous prétexte que la Yougoslavie ne pouvait se permettre de financer à la fois le programme de Novi Avion ainsi que l’acquisition de MiG-29 supplémentaires. Peu de temps après, la guerre civile et la désagrégation concomitante du pays qui vont se dérouler par étapes entre 1991 et 2001 empêcheront toute possibilité d’acquisitions d’armes supplémentaires, cette interdiction étant confirmée par la mise en place d’un embargo international par le Conseil de Sécurité des Nations Unies en septembre 1991 interdisant la vente d’armes à la Yougoslavie et les Républiques la composant. Nous ne reviendrons pas en détails sur ces différents conflits consécutifs et/ou imbriqués qui ont vu leur lots d’exactions et d’atrocités commis par toutes les parties en présence et qui méritent une analyse bien plus poussée que quelques lignes sur un blog parlant de questions militaro-techniques.

220156
Le MiG-29UB (Izd 9.51) codé 18352 est un ancien appareil russe. Image@Alexandar Vladic

Lorsque la Yougoslavie débute sa désagrégation en 1991, les MiG-29 de Batajnica passent dans la dotation de la force aérienne de la République Fédérale de Yougoslavie (comprenant la Serbie et le Monténégro); leur premier déploiement en conditions réelles suivront très rapidement le début des hostilités contre les Républiques ayant fait sécession cependant à l’inverse des MiG-21, les MiG-29 ne subiront pas de pertes dans les premiers affrontements. L’embargo décrété à l’égard de la République Fédérale de Yougoslavie aura un impact beaucoup plus important vu l’impossibilité d’acquérir les consommables nécessaires à l’exploitation des avions ainsi que l’impossibilité de réviser les moteurs (couplé à l’absence de moteurs de réserve) vont avoir un impact important sur la flotte et diminuer drastiquement sa disponibilité.

Lors du déclenchement de l’opération Force Alliée (Allied Force) le 24 mars 1999, la Force aérienne serbe n’est plus que l’ombre de ce qu’elle fut auparavant: suite aux restrictions budgétaires il ne reste plus grand chose en état de vol, les MiG-29 s’en sortant mieux que le reste de la flotte aérienne locale. Néanmoins les raids de bombardement visèrent en priorité les centres décisionnels serbes ainsi que les installations militaires: à cette occasion, la base de Batajnica fut bien évidemment visée, plusieurs MiG-29 étant détruits au sol dès le premier jour de l’attaque. Les MiG-29 serbes seront employés pour tenter vainement de défendre les installations militaires serbes sans réel succès (vu leur faible nombre ainsi que leurs performances limitées par rapport aux appareils en face d’eux) et à la fin des opérations le 10 juin 1999 ce sont pas moins de onze des seize MiG-29 serbes qui auront été détruits soit au sol soit lors de combats aériens! Dis autrement la flotte de MiG-29 serbes pouvait être considéré comme étant de facto annihilée.

220161
Le MiG-29 codé 18203 est également un ancien appareil russe issu du 31 IAP de Millerovo. Image@Alexandar Vladic

Pour ne rien arranger, le manque de moyens financiers disponibles ainsi que le manque de carburant virent la flotte passer le plus clair de son temps clouée au sol ceci n’empêchant pas le pays d’envisager l’acquisition de Su-30 pour rééquiper la RV i PVO bien que ceci ne se concrétisera pas. La fin de l’union entre la Serbie et le Monténégro en 2006 marqua le passage des MiG-29 survivants au sein de la force aérienne serbe, la RV i PVO: cette dernier adoptant de nouveaux marquages à cette occasion avec un drapeau serbe (blanc/bleu/rouge) sur les dérives ainsi qu’une nouvelle rondelle nationale rouge et bleue sur laquelle est apposé une croix blanche, celle-ci étant une reprise de la rondelle employée jusqu’en 1943 par la force aérienne royale yougoslave.

Plusieurs projets de modernisation et/ou remplacement de la flotte vont être mis sur la table à intervalles réguliers entre 2006 et 2014 mais la réalité budgétaire et politique serbe empêcha toute concrétisation des intentions. Par contre, un contrat fut signé en date du 22 décembre 2006 par le ministère de la défense avec RSK MiG et portant sur la révision générale des avions survivants avec une légère modernisation des équipements embarqués: le contrat va connaître son lot de difficultés également puisque le montant alloué pour la réalisation de ce dernier ne permettait pas de traiter les cinq appareils. Finalement un accord sera trouvé et l’ensemble des appareils seront pris en charge en Russie; l’ensemble des travaux se déroulant entre 2007 et 2011.

225749
Bien que présentant un aspect passablement « fatigué », le 18301 est le seul MiG-29UB d’origine dans la flotte serbe. Image@Alexandar Vladic

Un appel d’offres fut lancé sur la période 2010-2012 visant à remplacer les MiG-29 mais ce dernier ne déboucha sur rien de concret malgré l’intérêt manifeste présenté par Belgrade pour le MiG-29M(2). En 2016, la Serbie se retrouve avec une flotte restreinte de MiG-29 limitée à quatre appareils (trois MiG-29 et un MiG-29UB), un appareil sur les cinq survivants ayant été perdu lors d’un crash le 7 juillet 2009. Histoire de ne rien arranger: les appareils subsistants ont atteint les limites de révision et ne sont plus employés en attente d’une révision générale. Cette situation considérée comme inacceptable par le gouvernement de Tomislav Nikolić et bien que disposant d’un budget restreint, la Serbie va signer un accord de coopération militaire avec son allié de toujours, la Russie, en date du 23 décembre 2016; ce dernier comprenant un volet « matériels » qui voit la Serbie acquérir du matériel neuf ainsi que du matériel d’occasion auprès de Moscou. Une partie du volet aéronautique de cet accord portait sur le don en l’état de six MiG-29 russes à la Serbie, à charge pour cette dernière de financer la révision générale et la modernisation des appareils perçus.

Les six appareils livrés par la Russie arriveront par An-124-100 sur la base de Batajnica les 2, 3 et 4 octobre 2017 avant d’être reçus officiellement en date du 20 octobre 2017 par le nouveau président serbe, Aleksandar Vučić, en compagnie du ministre de la défense russe, Sergey Shoygu.

Issus des stocks de l’armée russes, les six appareils en question proviennent du 31 IAP de Millerovo et sont des appareils récemment retirés du service (remplacés par des Su-30SM). Les russes vont envoyer les appareils en l’état excepté une repeinture dans le camouflage en deux tons de gris devenu standard au sein de la force aérienne serbe, à charge pour la Serbie de financer la révision générale et l’extension de vie des avions ainsi qu’à terme la modernisation de ceux-ci à un nouveau standard à déterminer. Finalement, c’est le 21 août 2018 que les deux premiers appareils reçus en donation de la Russie et étant passés en révision générale seront admis au service au sein de l’escadrille 101 IAE de la RV i PVO, à cette occasion le président serbe fit savoir que six autres appareils (d’origine russe et serbe) étaient en cours de traitement, leur retour étant attendu avant la fin de l’année 2018.

Outre la Russie, les serbes vont également faire l’acquisition de quatre MiG-29 issus des stocks de l’armée de l’air biélorusse; les appareils étant actuellement pris en charge par le centre 558 ARZ de Baranovichi qui travaille en collaboration avec la Russie sur les révisions générales et les modernisations d’appareils issus de l’ex-URSS ce centre étant devenu une des références en la matière en traitant notamment des appareils pour des pays africains mais également pour des pays d’Asie Centrale.

Les appareils issus des stocks russes et biélorusses vont être progressivement remis en service (après révision générale et extension de la durée de vie) entre août et décembre 2018 pour les appareils russes tandis que les appareils biélorusses le seront au début de 2020; les derniers appareils étant actuellement en cours de traitement à Baranovichi. Ainsi une fois les révisions générales achevées, la flotte de MiG-29 serbes se composera des appareils suivants;

  • Six MiG-29 (un Izd 9.12A, trois Izd 9.13 et deux Izd 9.51) venant de Russie
  • Quatre MiG-29 (Izd 9.13) venant de Biélorussie
  • Quatre MiG-29  (trois Izd 9.12B et un Izd 9.51B) hérités de la Yougoslavie

MiG-29

Une fois l’ensemble des appareils remis en service, la deuxième étape portera sur la modernisation de la flotte à un nouveau standard proche du niveau d’équipements des MiG-29SMT russes, ce nouveau standard serait repris sous le type MiG-29BM (on parle aussi de MiG-29SM) cependant que ce soit en ce qui concerne le contenu de la modernisation ainsi que sa dénomination précise aucune information détaillée n’a filtré tant qu’à présent tout au plus parle-t-on de l’ajout de munitions guidées et du missile R-77. A l’inverse, il se confirme que le réinvestissement de la Serbie dans sa défense se poursuit puisque la base de Batajnica est en cours de reconstruction avec notamment la mise en place de hangars permettant d’abriter et d’entretenir dans de bonnes conditions les MiG-29.

220158
C’est avec lui que tout a commencé: le 18101 est le premier MiG-29 yougoslave et est toujours actif au sein de la force aérienne serbe. Image@Alexandar Vladic

Disposant d’un budget restreint ayant conditionné l’option d’un mix de matériels neufs et anciens modernisés, la force aérienne serbe revient de très loin et avec quatorze MiG-29 qui seront modernisés à terme, de Mil Mi-17 et Mil Mi-35M, de l’entrée en modernisation des Soko (N)J-22 Orao, elle disposera d’une flotte crédible et d’un format suffisant pour ses besoins (dans un premier temps, la cible d’une vingtaine de MiG-29 semblant être un objectif à atteindre à terme) surtout couplé avec l’arrivée de systèmes de défense anti-aériens modernes tels que les Buk-M1 et Pantsir-S1 neufs qui ont été livrés récemment à Belgrade. En outre, le pays confirme sa politique « intermédiaire » consistant à ménager à la fois ses bonnes relations avec l’Ouest (et l’OTAN) ainsi qu’avec la Russie qui est toujours vue comme un allié historique et fiable bien que les relations entre les deux pays aient connus des hauts et des bas. La région des Balkans est globalement pacifiée par rapport aux dix années terribles que furent la période 1991-2001 et la décomposition de l’ex Yougoslavie mais il est également vrai que plusieurs pays de la région se sont réarmés ou sont en passe de se réarmer (la Croatie notamment) et il semble que Belgrade souhaite disposer d’une armée à la mesure de sa posture politique.