[Actu] MiG-31K, Tupolev Tu-22M3 et Kh-47M2 Kinzhal?

Le missile Kh-47M2 Kinzhal est un ALBM (Air-Launched Ballistic Missile) basé sur le missile Iskander qui a été présenté il y a quelques mois pour emport par une variante modifiée du MiG-31: le MiG-31K. L’emploi de ce vecteur était mis en avant en tant « qu’accélérateur » pour le missile agissant comme un premier étage de lancement permettant d’augmenter le rayon d’action de ce dernier.

Les premières informations relatives à ce missile sont parcellaires, la Russie communiquant de manière ciblée et contrôlée à son sujet, néanmoins on dispose de certains détails sur ce dernier et une étape supplémentaire dans le développement/mise au point du Kinzhal et de son emploi est en cours de réalisation: l’intégration du missile à bord du Tu-22M3.

Avant de poursuivre, il est bon d’ouvrir une parenthèse; le missile hypersonique Kinzhal a été présenté pour la première fois en date du 1er mars 2018 par le Président Russe, Vladimir Poutine dans le cadre de son discours sur l’état de la nation et sur l’avenir du pays. Ce discours fut l’occasion de présenter une batterie de « nouvelles armes » (dans certains cas il s’agissait d’une confirmation de ce qui était déjà supposé) destinées à équiper les forces armées russes. L’une de ces nouveautés étant le missile Kh-47M2 Kinzhal que nous avons déjà abordé ici.

Le Kh-47M2 est un missile hypersonique (apte à une vitesse supérieure à Mach 5) dérivé du missile 9M723 équipant le système Iskander. Sur base des images disponibles, le Kinzhal ressemble fortement au 9M723 les principales différences visibles étant une section arrière redessinée et des ailettes de guidage modifiées pour permettre le montage du missile sous le MiG-31K.

Si on se base sur les performances du missiles 9M723; on peut en déduire que le nouveau missile Kinzhal dispose des caractéristiques suivantes:

  • Longueur: 7,7m
  • Masse: estimée entre 3,8 et 4,2 tonnes (en fonction de la charge offensive du missile)
  • Capacité de manoeuvres évasives en phase finale du vol: 30G
  • Autonomie: 2.000 Km (varie selon le vecteur)
  • Vitesse maximale: Mach 10
  • Guidage inertiel pour la phase de vol
  • Guidage final pouvant être soit optique (cible fixe) soit par radar (cible mobile)
  • Charge offensive: conventionnelle ou nucléaire

Le MiG-31K: premier vecteur du Kinzhal

Première information que l’on peut ajouter à ce qui avait été écrit auparavant: le MiG-31K, contrairement à ce qui était envisagé ce dernier n’est pas une variante basée sur le MiG-31BM. Il s’agit en réalité de MiG-31DZ considérés inaptes (pour des raisons techniques) à la modernisation au standard MiG-31BM et qui passent alors au standard MiG-31K. L’avantage de cette solution est que la Russie maintient son parc de MiG-31BM disponibles en l’état sans devoir les spécialiser sur un type de mission spécifique.

L’étendue des modifications que reçoivent ces appareils sont importantes, citons notamment:

  • Montage du point d’emport pour le missile Kh-47M2
  • Enlèvement des points d’emports sous la voilure
  • Enlèvement des points d’emports semi-encastrés sous le fuselage ainsi que les systèmes d’éjection intégrés
  • Montage de nouvelles antennes sur le nez et sous le nez de l’appareil

180312070109177532

180312070138599998

Sur ces deux photos sont entourés en rouge les modifications les plus visibles apportées sur les MiG-31K. Photos@Artyom Anikeev

Outre le montage de plusieurs nouvelles antennes sur et sous le nez de l’appareil, les différences les plus flagrantes consistent en l’enlèvement des pylônes de voilure et le montage du système d’emport du missile Kinzhal sous le fuselage de l’appareil.

7-4

Sur cette photo du MiG-31K codé 92 Rouge, on voit bien l’enlèvement des pylônes de voilure. Photo@?

Ces modifications entraînent une première réflexion; sachant que la charge offensive d’un MiG-31 est de 3 tonnes, cette dernière étant constituée en priorité par:

  • Quatre missiles R-33 montés semi-encastrés sous le fuselage, ces derniers disposant d’une masse de 510 Kg chacun: l’emport total sous le fuselage est donc de 2,4 tonnes.
  • Six missiles R-37 (testés sur les prototypes MiG-31M) montés sous le fuselage et présentant une masse de 450 Kg chacun: la masse totale de l’emport sous le fuselage est donc de 2,7 tonnes.

Vu la masse estimée (pour rappel, aucun chiffre précis sur cette question n’est disponible) du missile Kinzhal entre 3,8 et 4,2 tonnes; deux éléments peuvent en être déduits:

  • Soit le fuselage a du être renforcé au niveau de l’emport pour s’accomoder de la masse du missile
  • Soit la masse du missile est moins élevée qu’envisagée initialement
MiG-31K-membawa-rudal-Kinzhal-TASS-Angkasa-Review

Deux MiG-31K en vol lors du défilé militaire de mai 2018. Photo@?

Au vu des images; le démontage d’un maximum d’équipements superflus aurait tendance à corroborer le premier élément soulevé, c-à-d: un renforcement de l’appareil au niveau de sa structure pour éviter un vieillissement accéléré de la cellule. Il est néanmoins évident que l’on se trouve avec cette modification dans la « plage supérieure » des capacités techniques de l’appareil et ces changements risquent d’avoir un impact sur les performances du vecteur.

Le Tupolev Tu-22M3: deuxième vecteur du Kinzhal 

Rapidement, il est apparu que le MiG-31K ne serait pas le seul vecteur « de choix » pour le missile Kinzhal; certaines rumeurs parlent d’un montage du missile sur les Su-30/Su-34 cependant c’est le Tu-22M3 qui sera le prochain appareil à embarquer le Kinzhal. Quoi de plus logique pour cette plate-forme dont une des missions principales était la lutte anti-navires? On peut raisonnablement penser que les limitations techniques offertes par le MiG-31K sont de nature à pousser les ingénieurs à développer d’autres vecteurs.

D’autres candidats potentiels sont également envisagés pour l’emport du missile Kinzhal, il s’agit notamment des Tu-160M2 et PAK DA ainsi que la famille Flanker qui fait toujours partie des prétendants. Il reste à voir ce qu’il en ressortira concrètement, néanmoins le Tu-22M3 n’étant pas un appareil irremplaçable, l’emport du Kinzhal par les Tu-160M2/PAK DA s’inscrit donc dans la continuité. Mais bon, nous aurons tout loisir de revenir sur ces questions dans le futur.

IMG12540586

Cette image d’un Kh-555 dans une des soutes d’un Tu-160 permet de se faire une meilleure idée de la taille de cette dernière. Sachant qu’elle peut accueillir le Kh-101 (7,45m de long): elle sera adaptée pour l’emport du Kinzhal en interne. Photo@?

Le Tu-22M3 devrait connaître sous peu une deuxième jeunesse alors qu’il semblait condamné à vivoter en attendant l’heure de la retraite qui se rapprochait inexorablement; le lancement du programme de modernisation au standard Tu-22M3M devrait déboucher sur un appareil polyvalent apte à emporter une plus grande panoplie de munitions. L’intégration du Kh-47M2 Kinzhal s’inscrit dans cette logique; grâce à sa taille, le bombardier de Tupolev offrira des performances supérieures (mais pas dans tous les domaines) face au MiG-31K.

Sans titre

Tableau 1: comparatif des performances brutes entre les deux appareils envisagés

Sur base du tableau ci-dessus, on peut déjà voir certaines tendances se dégager en matières de performances des vecteurs;

  • Le Tu-22M3 dispose d’un emport plus important
  • Le Tu-22M3 va plus loin
  • Le MiG-31K vole plus vite
  • Le MiG-31K vole plus haut
Sans titre

Tableau 2: comparatif des performances avec mise en valeur des avantages pour chaque appareil envisagé

On le voit dans ce deuxième tableau, l’emploi des deux plate-formes pour emporter le missile Kinzhal permet de disposer d’appareils présentant des caractéristiques complémentaires. Néanmoins, il y a un point découlant des caractéristiques du missile qui doit être envisagé; comme nous en avions déjà parlé auparavant, le Kh-47M2 est un missile balistique lancé par un vecteur aérien dont le but est double:

  • Augmenter le rayon d’action du missile
  • Accélérer le missile et servir de « premier étage de lancement »

Or si on regarde le tableau 2, on voit que le Tu-22M3 vole moins vite et moins haut que le MiG-31K. Les annonces récentes prétendent que la portée initiale du Kinzhal serait supérieure une fois ce dernier employé au départ d’un Tu-22M3 (3.000 Km annoncés) par rapport à un MiG-31K (2.000 Km). Là où le bât blesse c’est un niveau de la comparaison technique entre les vecteurs; le MiG-31K est capable d’accélérer le missile plus vite et plus haut ce qui devrait en théorie lui offrir une portée accrue et ce en comparaison avec les performances accrues niveau cinétique par rapport à un Tu-22M3.

156109

Tu-22M3 emportant deux Kh-22 et deux rails d’emports pour bombes lisses: ce sont les quatre points d’emports qui seront repris pour les Kinzhal. Photo@Vadim

Néanmoins, il semble que le journaliste derrière cet article a mélangé deux concepts différents:

  • La portée d’un missile
  • Le rayon d’action

La portée d’un missile peut se définir (de manière résumée) comme « la distance maximale que ce missile peut parcourir« ¹ tandis que le rayon d’action peut se définir comme étant « la distance du point le plus éloigné que peut atteindre un aéronef pour les missions ou les opérations impliquant un retour au point d’origine« ²; bref il semble que l’information correcte relative à ces deux vecteurs soit:

  • 3.000 Km de portée pour un Kinzhal emporté par un Tu-22M3
  • 2.000 Km de portée pour un Kinzhal emporté par un MiG-31K

L’obtention de ces chiffres se faisant de la manière suivante:

  • Tu-22M3: 2.200 Km de rayon d’action auxquels s’additionnent 800 Km de portée du missile
  • MiG-31K: 720 Km de rayon d’action auxquels s’additionnent 1280 Km de portée du missile

Ces chiffres permettent de mettre en exergue l’utilité du MiG-31K face au Tu-22M3: sa plus grande vitesse et son altitude supérieure lui permettent de procéder au lancement du missile dans des couches de l’atmosphère où la densité de l’air et par conséquent le frottement est réduit: ceci permettant d’augmenter la portée du missile.

Il est important de préciser qu’en l’absence de chiffres officiels ceci sont des réflexions plausibles sur base des capacités techniques offertes par les vecteurs de lancement employés et aucunement des vérités absolues: ces chiffres nécessiteront clairement d’être affinés par la suite. La difficulté lorsque ce type d’armements sont abordés est de réussir à faire le tri entre le marketing politique, les capacités techniques et les performances réelles offertes par l’armement.

Comme signalé précédemment, le missile Kinzhal est un missile lourd (point de vue de la masse) ce qui implique qu’il n’est pas possible de le monter n’importe où sur le vecteur; dans le cas du Tu-22M3, le montage en soute est hors de question vu la taille de cette dernière. Conçue pour emporter le missile Kh-15 dont la longueur est de 4,78 m sur lanceur rotatif, il est évident que le Kinzhal avec sa longueur estimée de 7,7 m ne peut aucunement prétendre à rentrer en soute.

2018_Moscow_Victory_Day_Parade_66

Impossible de rater le Kh-47M2 sous un MiG-31K… Photo@Wikipedia.com

Par conséquent l’emport annoncé de quatre missiles de ce type ne laisse guère de doute sur le positionnement des missiles sous l’appareil; l’emploi des points d’emport sous les ailes ne laisse guère de place à la discussion, ces derniers étant déjà adaptés pour emporter des missiles (Kh-22/Kh-32) qui sont plus longs et plus lourds (Kh-22: masse de 5,8 tonnes et longueur de 11,65 m) que le Kinzhal. Les deux points d’emports sous les entrées d’air sont également les plus cohérents si l’appareil doit encore faire usage de sa soute interne et l’emploi de ces deux points d’emport est restreint par la présence des trappes et puits des atterrisseurs principaux qui se trouvent le long de la soute interne.

tu-22m3 plano 4 kinzhal

Configuration potentielle de l’emport des missiles Kinzhal sur le Tu-22M3. Les contraintes sont importantes vu la présence de la soute interne (en bleu) et des puits des atterrisseurs principaux (en vert). Illustration@Charly015.blogspot.com et modifications @RS

Cette configuration – de loin la plus plausible – entraîne plusieurs remarques notamment en ce qui concerne les modifications à apporter à l’appareil pour lui permettre de transporter une telle masse. On le voit, le missile Kinzhal est un missile massif, de taille imposante et lourd impliquant des contraintes importantes sur la cellule du vecteur; il est clair que le montage de ce missile sur le Tu-22M3 impliquera – outre les modifications obligatoires du système d’armes et de l’électronique embarquée – des modifications au niveau de la structure de l’appareil cependant ces dernières seront probablement moins importantes que celles effectuées sur le MiG-31K vu que le Tu-22M3 est déjà apte à emporter une charge offensive importante sous voilure et sous son fuselage.

9576-desktop-wallpapers-tu-22m3.jpg

Cette photo permet de mieux visualiser les points d’emports potentiels; en rouge l’emplacement des Kinzhal et en bleu les trappes de la soute interne. Le Kh-22 permet de se faire une idée de la taille et du gabarit de missiles que peut emporter un Tu-22M3. Photo@airliners.net

Autre point qu’il faut aborder, le rayon d’action du Tu-22M3 et sa corrélation avec sa charge offensive: la charge nominale que peut emporter un Tu-22M3 est de 6 tonnes (l’équivalent d’un missile Kh-22), tout accroissement de sa charge offensive (qui peut monter jusque 24 tonnes) se fait au détriment de son emport en carburant (de manière à ne pas dépasser sa MTOW³) par conséquent, l’emport de quatre missiles Kinzhal par un Tu-22M3 verront l’appareil disposer d’une charge offensive de 16 tonnes (tablant sur une masse estimée « haute » de 4 tonnes par missile Kinzhal). On est donc loin de la charge offensive maximale du Tu-22M3 mais il n’empêche qu’il s’agit déjà d’un emport conséquent et l’absence de capacité de ravitaillement en vol sur l’appareil ne permet pas d’augmenter la portée « totale » du couple vecteur/missile.

En conlusion

L’arrivée du missile Kinzhal soulève plusieurs questions intéressantes que ce soit au niveau des performances du missile, les vecteurs et sa doctrine d’emploi. Le Kinzhal venant à peine d’entrer en service, inutile de préciser qu’il y aura encore beaucoup de choses à écrire à son sujet, cependant on voit déjà que les militaires russes veulent disposer de la capacité à le déployer facilement au départ d’un grand nombre de vecteurs.

Malgré les différences de performances offertes par les deux vecteurs employés actuellement, ces derniers se compléteront bien: on pourrait très bien imaginer les Tu-22M3 déployés en Extrême-Orient face au Pacifique où les distances à couvrir sont plus importantes tandis que les MiG-31K pourraient être déployés face à la Mer de Barents ou la Mer Baltique.  Tout ceci ne sont que des hypothèses en l’état actuel des choses vu que le missile n’en est qu’à son entrée en service au sein d’une unité qui assure les formations/entraînements/tests du système. Il est évident qu’avec l’arrivée d’une plus grande quantité de missiles ainsi que la mise à disposition d’un plus grand nombre de vecteurs (pour rappel, il n’y aurait actuellement que 10 MiG-31K en service); la situation et le déploiement du Kinzhal seront amenés à évoluer fondamentalement.

Il sera intéressant de voir à terme si le montage du Kinzhal sur le Tu-160M(2) se confirme: vu la capacité d’emport de l’appareil, sa vitesse et son plafond opérationnel: ce dernier pourrait se transformer en « vecteur de choix » pour le Kh-47M2, lui offrant les avantages combinés du MiG-31K et du Tu-22M3. Certes ce n’est pas une priorité pour l’instant, le Tu-160M2 étant avant tout destiné à servir de vecteur stratégique pour la dissuasion nucléaire russe néanmoins c’est une possibilité sur laquelle il sera intéressant de garder un oeil. Paradoxalement, le PAK DA sera moins intéressant comme vecteur: il offrira bien évidemment un rayon d’action accru et disposera d’une capacité d’emport conséquente (en interne également) mais n’aura pas la capacité « d’accélération » offerte par les bombardiers supersoniques réduisant d’autant la portée du Kh-47M2.

Nous aurons largement l’occasion de revenir sur ces questions.

________________________

¹Définition issue de Wikipedia. Certes la valeur scientifique de cette source n’est pas optimale mais c’est une bonne base de simplification pour le néophyte.

²Définition issue de Wikipédia.

³MTOW; Maximum Take-Off Weight. Masse Maximale au Décollage

2 réflexions sur “[Actu] MiG-31K, Tupolev Tu-22M3 et Kh-47M2 Kinzhal?

  1. Je partage complètement votre analyse.
    Concernant le Tu-22M, il ne faut oublier que l’URSS a aussi eu un programme d’ALBM en réponse au Skybolt. Lors de la conception du Tu-22M on peut spéculer que des provisions ont été prises pour intégrer des munitions de ce type…
    Reste la grande question du guidage du Kinzhal, tant au niveau du système (plateforme et munition) que du missile lui-même avec un éventuel autodirecteur. Les annonces sont pour le moins contradictoire. Techniquement il est tentant de considérer que le Kinzhal reprend le guidage inertiel de l’Iskander et se repose sur les capteurs de la plateforme pour l’acquisition de la cible. Cependant, cela semble contradictoire avec l’application anti-navire annoncée ça et là.

    J'aime

    • On peut effectivement spéculer que ce fut le cas.

      La question du guidage reste en suspens et je ne l’ai volontairement pas abordée; en l’absence d’informations sérieuses sur cette question; j’ai bien ma petite idée mais tant que je ne peux pas la confirmer… je préfère m’abstenir 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.