[Actu] L’Ilyushin IL-22PP Porubschik

Le domaine de la guerre électronique a été un domaine où l’écart entre les capacités occidentales et les capacités soviétiques a été particulièrement important. Le retard technologique de l’URSS dans la mise au point de systèmes de taille réduite et performants a entraîné l’existence d’un trou capacitaire important au niveau de la guerre électronique.

Si la Russie a rapidement pris conscience de son retard dans ce domaine face aux forces aériennes occidentales; il faudra attendre le « retour des budgets » que pour voir les premiers projets concrets de mise au point d’appareils spécialisés dans la guerre électronique. Un premier projet consista à moderniser certains Ilyushin IL-20M. Ces appareils, basés sur le turbopropulseur civil Ilyushin IL-18, remplissent des missions de reconnaissance et de renseignement électronique en employant plusieurs capteurs dont notamment un radar à visée latérale et un radar à synthèse d’ouverture.

198456

Ilyushin IL-20M. Photo@Alexei Karpulev

Le projet de modernisation de l’Ilyushin IL-20M va déboucher sur la création de plusieurs prototypes présentant des équipements différents; l’IL-20M Anagramma sorti en 2004, l’IL-20M Monitor sorti en 2009 et enfin l’IL-20MS (programme Retsenzent) sorti en 2014. Ce dernier appareil sera le standard de modernisation validé, cependant il n’y a à l’heure actuelle toujours aucun budget débloqué pour une modernisation en série.

Le deuxième appareil spécialisé dans la guerre électronique et principalement dans les opérations de brouillage est l’Antonov An-12PP/PPS. Cette variante du célèbre appareil de transport ukrainien est lourdement modifiée (ce qui est facilement visible extérieurement) et a pour mission d’assurer le brouillage et la couverture des escadrons de transport des troupes aéroportées. Les équipements de brouillage embarqués (systèmes Buket sur l’An-12PP et Siren-D sur l’An-12PPS) étant prévus pour brouiller les radars de guidage de missiles sol-air, les radars des chasseurs ennemis et de leurs missiles ainsi que les systèmes de communications ennemis. Malheureusement, il ne reste que quelques appareils en service au sein de la force aérienne russe et les équipements embarqués ne sont plus en phase avec les menaces modernes.

195631.jpg

Antonov An-12PPS. Photo@Anton Gromov

C’est pourquoi le ministère russe de la défense a signé en date du 8 novembre 2009 un contrat de recherche et de développement avec EMZ Myasishchev sous le nom de порубщик en vue de mettre au point un appareil de brouillage pour la force aérienne. Il sera repris sous le type d’Ilyushin IL-22PP (Постановщик Помех = « Brouilleur »). Comme son nom l’indique, il est développé sur base de l’IL-22(M); cette plate-forme n’étant rien d’autre qu’un IL-18 adapté pour des missions militaires de collectes de renseignements, de poste de commandement volant et de système de relais aérien. Les missions dépendant de la sous-variante de l’appareil.

Le but recherché avec l’IL-22PP est de disposer d’un appareil capable de remplir les missions suivantes:

  • brouillage des systèmes radars ennemis (en priorité les systèmes AWACS)
  • brouillage des radars des systèmes de défense anti-aérienne
  • Collecte des renseignements électromagnétiques (SIGINT)

En outre, chose assez amusante: l’IL-22PP doit être capable d’assurer ses missions sans perturber le fonctionnement de ses propres systèmes radar et radio. Ceci peut paraître anecdotique mais il faut savoir que les An-12PP/PPS disposaient d’un équipement embarqué complexe à faire fonctionner vu que ce dernier avait une nette tendance à interférer avec les systèmes l’appareil!

189314.jpg

L’IL-22PP codé RA-75903. Photo@Alex S.

En vue de gagner du temps, de limiter les coûts et de disposer d’une plate-forme fiable: la Russie a donc fait le choix de transformer des appareils anciens parfaitement maîtrises et dont le coût d’exploitation est minime pour servir de base à cette transformation. On pourrait aussi ajouter le fait qu’une partie des IL-22 étaient inemployés et avec un potentiel d’heures encore important ce qui contribue également au choix de cette plate-forme pour la création du nouvel appareil de brouillage.

C’est l’IL-22M produit en 1979 et codé RA-75903 qui sert de cobaye pour cette transformation. L’appareil va d’abord passer en révision générale chez 20 ARZ à Pushkin près de Saint-Pétersbourg (ce centre étant le spécialiste en IL-18 et variantes) en 2011, à cette occasion il perdra les antennes caractéristiques qu’il portait en tant qu’IL-22M. En 2012, l’appareil est transféré chez Myasishchev en vue de monter le système de brouillage. Enfin, les tests d’homologation étatique réalisés à Akhtubinsk furent complétés en décembre 2014. Signalons que deux contrats supplémentaires ont été signés en date du 5 juin 2012 et portant sur la conversion d’un deuxième appareil ainsi que le 11 juin 2014 et portant sur la conversion d’un troisième appareil. Les trois appareils seront présentés et mis en service officiellement par la force aérienne Russe en février 2017.

Sans titre

D’un point de vue purement technique, l’emploi d’une plate-forme telle que l’IL-18 comme base entraîne de sévères limitations. En effet, même si l’équipement embarqué est moderne, la plate-forme est ancienne et sa durée de vie résiduelle est limitée; les Russes en sont parfaitement conscients. L’emploi de l’IL-22 est considéré comme une solution transitoire, à terme c’est le Tupolev Tu-214 qui servira de plate-forme définitive pour la création de la plate-forme de brouillage définitive: le Tupolev Tu-214PP.

Sans titre

Concrètement quelles sont les modifications apportées à l’IL-22 pour le transformer en IL-22PP?

  • Montage du système de « combat radio-électronique » L415 se caractérisant par l’installation de 4 gros carénages diélectriques disgracieux implantés latéralement sur le fuselage
  • Montage d’un carénage en forme pointe au milieu sur le dessous du fuselage
  • Montage d’un pod KUV 26-50E contenant 32 leurres UV-26M  en-dessous du fuselage en arrière du raccord ailes-fuselage
  • Montage d’une antenne cylindrique en haut de la dérive
  • Montage d’une antenne de forme oblongue dans la queue de l’appareil

Le système L415 est développé par l’institut KNIRTI (membre du groupe KRET) est le coeur du système de l’IL-22PP; pour autant ce dernier est relativement mystérieux… Il est assez logique d’ailleurs que la Russie ne souhaite pas communiquer au sujet des capacités de ce dernier.

210292

L’IL-22PP codé « RF-90786 ». Photo@Benjamin Ignatievitch

Cependant, certaines informations sont disponibles. Le système L415 fonctionnerait de la manière suivante: il capte les informations (les émissions radar en l’occurrence) de manière passive et les analyse de manière à pouvoir générer un émission opposée transmise dans la même direction et qui sera à même de brouiller l’émission radar ciblée. Les 4 gros carénages disposés sur le fuselage renferment les antennes servant à capter les émissions radar et ces derniers disposent d’un système de refroidissement installé sur le dessous du carénage. Aucun détail technique relatif à ces antennes n’est disponible.

Les plans actuels des VKS prévoient la mise en service de 5 IL-22PP, cependant au moment d’écrire ces lignes, il n’y a que trois appareils qui ont été transformés et aucun contrat supplémentaire n’a été signé. Il semble d’ailleurs fort douteux, vu le caractère transitoire de la plate-forme, que d’autres IL-22 soit transformés à ce standard.

204692

L’IL-22PP codé « RF-95673 ». Photo@Alexei Karpulev

D’un point de vue de l’équipage, il y a toujours les 4 membres assurant le pilotage (pilote, copilote, mécanicien navigant et radio) auxquels s’ajoutent 5 membres d’équipage supplémentaires qui sont installés en cabine.

Ils disposent de consoles informatiques modernes leur permettant de gérer les cibles à brouiller et même si le système L415 est conçu pour travailler avec un haut degré d’automatisation et en toute autonomie, il reste la possibilité de choisir les cibles à traiter en priorité par le personnel de bord. A noter toutefois que contrairement à d’autres appareils similaires : le personnel chargé du « vol » n’a pas d’informations directes sur la situation tactique. L’IL-18 bien que robuste et fiable est un appareil ancien qui est largement resté « dans son jus d’origine ».

Les différentes et peu nombreuses sources disponibles indiquent toutes que la durée de vie opérationnelle de l’IL-22PP est estimée à 10 ans maximum (prolongation de la vie des cellules faisant suite à la révision générale reçue chez 20 ARZ). Il semble assez évident que la Russie ne va pas dépenser des sommes astronomiques dans des modernisations complexes (autre que le strict nécessaire) des systèmes de vol et du cockpit alors que le choix de la nouvelle plate-forme est déjà acté.

201060

Cette vue de l’arrière d’un IL-22PP permet de mieux voir le nouveau carénage de queue. Photo@Benjamin Ignatievitch

Le Tu-214PP répond au projet Porubshik-M et devrait (le conditionnel est de rigueur) disposer d’une variante encore plus performante du L415 (sans pour autant connaître les détails des performances espérées). Il y a fort à parier que le cockpit sera en contact étroit avec la cabine avec la possibilité pour les équipes chargées du brouillage de « guider » l’avion vers les sources émettrices à neutraliser. En outre, les systèmes d’autodéfenses seront plus performants et mieux intégrés au sein de la cellule. Vu la valeur et l’importance de tels appareils, un « simple » système de lancement de contremesures tel que présent sur l’IL-22PP est largement insuffisant. Le Tu-214R servira probablement de base pour l’élaboration de la suite d’autodéfense.

Nous sommes donc en présence des prémisses des appareils de brouillage moderne en Russie ; l’IL-22PP est clairement une solution transitoire qui servira principalement à défricher le terrain et à mettre au point le système embarqué principal de l’appareil définitif qui doit encore être produit.

138728

Ce gros plan d’un IL-22PP permet de mieux appréhender un des bossages latéraux ainsi qu’une antenne installée sous le fuselage et le système de contre-mesures. Photo@Anton Gromov

Cependant, comme toujours en ce qui concerne les programmes récents, ce programme est soumis aux aléas budgétaires, aux trous capacitaires à combler en priorité ainsi qu’aux arbitrages en cours dans le cadre du GPV 2018-2025. Enfin, il ne faut pas perdre de vue non plus que si la solution aérienne pour le brouillage offre une grande souplesse d’exploitation, les progrès en matière de systèmes de guerre électronique terrestres ont été très important. Peut-être que la Russie va privilégier la solution terrestre qui bien qu’imparfaite au niveau souplesse permet une grande efficacité dans la protection du territoire.

Nous aurons plus que probablement l’occasion d’y revenir…

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s