[Dossier] Le canon automoteur 2S35 Koalitsiya-SV

Le 2S35 Koalitsiya-SV (Коалиция-СВ) est un canon automoteur Russe de nouvelle génération actuellement en cours de développement.

Ce nouveau canon est amené à remplacer les anciens 2S3 Akatsiya (Акация), 2S5 Giantsint-S (Гиацинт-С) et 2S34 Khosta (Хоста) toujours en dotation ainsi que de suppléer avant de remplacer l’actuel canon automoteur en service au sein de la force terrestre Russe : le 2S19 Msta-S (Мста-С).

2S19 Msta-S

Le développement du 2S19 Msta-S a débuté (sous le nom de programme « Ferma« ) au milieu des années 70 avant de déboucher sur la mise au point d’un prototype en 1984 et une mise en service en unité en 1989.

Composé d’une tourelle entièrement fermée contenant un canon 2A64 de 152,4 mm monté sur un châssis de MBT T-80 (6 galets de roulement) modifié (les premiers prototypes furent construits sur châssis de MBT T-72), ce canon automoteur est desservi par un équipage composé de 5 personnes. Contrairement au T-80, la propulsion des 42 tonnes de l’engin est assurée par un moteur diesel à 12 cylindres V-84A de 840 Cv issu du MBT T-72.

46edb0023a46a867c677780e0d75da4d

2S19 Msta-S. Photo@Pinterest

L’élévation du canon va de -4° à 68° et, grâce à son montage en tourelle, il peut effectuer une rotation complète. Le 2S19 est théoriquement apte à tirer à une cadence maximale de 8 coups par minute, cette cadence étant atteinte grâce à la présence d’un chargeur automatique.

Le véhicule peut emporter une large gamme d’obus de différents types et la portée maximale des obus (dépendant du type de munitions employées) est de 30 Km. Le chargement des obus s’effectue par l’arrière du véhicule et la dotation est fixée à 50 obus.

2S19_Msta-S_1

Le système de rechargement en obus du 2S19. Photo@Wikipédia

Le Msta-S peut également employer la munition guidée 30F39 du système 2K25M Krasnopol-M (Краснополя-М) lui permettant d’obtenir une plus grande précision dans le ciblage.

La protection rapprochée du véhicule est assuré par des lanceurs de grenades fumigènes ainsi que par une mitrailleuse NSV-12,7 Утёс de…12,7mm installée en toiture.

Plusieurs standards de modernisation et variantes ont été mis au point; 2S19M/2S33 Msta-SM avec canon 2A79

  • 2S19M1
  • 2S19M2 Msta-S avec canon 2A64M2
  • 2S19M1-155 version export du 2S19M1 avec un canon M3-158 de 155 mm
  • 2S27K version sur un châssis à roues
  • 2A65 Msta-B qui est la version tractée du canon 2A64
425509-Kycb

Un 2S19 de l’armée Russe. Photo@1zoom.net

L’ensemble de ces versions et prototypes sont produits par l’usine Uraltransmash de Iekaterinburg. Les estimations les plus crédibles donnent 550 2S19 et 2S19M1, 108 2S19M2 en service ainsi que 42 2S19M2 en commande pour l’armée Russe. La production est toujours en cours que ce soit pour le marché national ou pour l’export.

Mais revenons un peu en arrière.

Dans le courant des années 20, les Soviétiques souhaitaient disposer de canons bitubes pensant que ces derniers permettraient d’augmenter les cadences de tir. L’idée fut cependant abandonnée devant l’impossibilité technique de la mise au point de tels canons. C’est dans le courant des années 70 que ces études revinrent sur la table et qu’encore une fois elles ne se concrétisèrent pas.

Venezuela Defensa-Obus Msta-s

Un des 57 2S19 en service au Venezuela. Photo@venezueladefensa

Les Russes sont néanmoins coriaces et l’idée d’un canon bitube est revenue sur le devant de la scène; au début des années 2000, les Russes commencèrent à réfléchir à un nouveau canon automoteur en vue de remplacer le 2S19.

Voyant les évolutions en cours au niveau Occidental avec l’arrivée du PzH2000 ainsi que le projet en cours (abandonné depuis) de XM2001 Crusader et dans une moindre mesure le PLZ-45/Type 88 Chinois; les Russes voyaient d’un très mauvais oeil ces projets et ne souhaitaient pas se laisser distancer.

Rassemblant les trois spécialistes Russes dans le domaine, ce sont les entreprises Uralvagonzavod (production de chars), Uraltransmash (production d’artillerie) et TsNII Burevestnik (production de canons) qui vont être chargées par le MoD Russe de travailler sur ce nouveau projet de canon automoteur.

2S35 Koalitsiya-SV (Bitube)

Les travaux des trois constructeurs vont déboucher sur la création d’un premier démonstrateur qui reçoit la dénomination 2S35 Koalitsiya-SV. Aperçu pour la première fois à la télé Russe le 3 décembre 2006, il présentait comme particularité de disposer de deux canons de 152 mm superposés.

L’emploi de deux canons partait de l’idée qu’en dédoublant ces derniers, on obtenait une cadence de tir doublée par rapport à un 2S19. Oui, c’est d’une logique implacable…

Koalicia

Premier démonstrateur 2S35 en cours de construction. Photo@?

Cependant, force est de constater que le 2S19 a vu ses capacités de tir théorique évoluer au fur et à mesure de sa carrière et de ses modernisations. Si la version originale, le 2S19, est capable de tirer 8 obus à la minute, le 2S19M2 (dernier standard de modernisation) est réputé capable de tirer 10 obus à la minute. Mine de rien, une telle augmentation n’est pas négligeable.

Les Russes partaient dans l’idée qu’en prenant une configuration à deux canons, on pouvait obtenir une capacité théorique de 16 obus tirés à la minute.

Une bonne partie des composants de ce premier démonstrateur furent repris sur le 2S19 dont notamment la tourelle qui est modifiée pour permettre le montage des deux canons ainsi que le châssis qui est identique à celui du 2S19.

L’emploi de certains composants de 2S19 permettait de gagner du temps dans le développement de l’engin mais le prototype présentait une configuration « intermédiaire » non représentative du produit attendu.

152x2f10

Le prototype de Koalitsiya-Sv avec ses deux canons. Photo@armyrecognition

En effet, le Koalitsiya-SV tel qu’envisagé devait être monté sur un châssis de MBT T-14 Armata (7 galets de roulement); l’équipage de 3 hommes devant prendre place dans une capsule de survie blindée installée à l’avant du châssis, la chaîne cinématique étant implantée en arrière.

D’un point de vue de la tourelle, cette dernière – qui est inaccessible à l’équipage –  contient les deux canons, les deux chargeurs automatiques ainsi que les munitions. La capacité de stockage envisagée est de 60 à 70 obus (chiffres variant selon les sources), ces derniers étant placés dans la « nuque » de la tourelle.

L’avantage d’une tourelle inhabitée permet notamment de limiter le blindage (et donc le poids du véhicule) ainsi qu’elle permet de disposer d’une dotation en munitions optimisée.

kaolizia

Projet du 2S35 « bitube » sur châssis Armata (on note les 7 galets de roulement). Dessin@BTVT.narod.ru

Comme indiqué plus haut, la cadence de tir attendue est de 16 coups par minute; le double canon permet également d’envoyer simultanément deux obus suivant une trajectoire différente sur une cible en vue de maximiser les dégâts à celle-ci.

Le premier démonstrateur présente donc une configuration non-représentative: monté sur le châssis du 2S19 et toujours doté d’un équipage de 5 hommes répartis dans le véhicule; la tourelle n’était pas le modèle définitif.

Un deuxième démonstrateur est également créé; reprenant toujours comme base technique le 2S19. Cependant celui-ci amène un premier changement en étant doté d’une nouvelle tourelle plus « anguleuse » (qui préfigure la tourelle définitive) disposant de deux canons superposés à l’instar du premier démonstrateur.

bok

On voit bien la nouvelle tourelle, les deux canons et le châssis à 6 galets. Photo@BTVT.narod.ru

Peu d’informations sont connues sur ce démonstrateur, cependant on peut noter que ce dernier apporte deux nouveautés;

  • La nouvelle tourelle qui n’est pas reprise du 2S19
  • La concentration de l’équipage à l’avant du châssis

Le châssis reste identique à celui du premier démonstrateur (châssis de 2S19) adapté à la nouvelle tourelle.

coalit11

Infographie du deuxième démonstrateur 2S35 (on voit les 6 galets de roulement).

Finalement, pour des raisons d’encombrement et de coûts: le projet est abandonné en 2010.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là.

2S35 Koalitsiya-SV (Monotube)

En 2013, un nouveau prototype de canon automoteur sort d’usine: reprenant la configuration testée (la nouvelle tourelle) sur le deuxième démonstrateur 2S35 Koalitsiya-SV à deux canons mais dans une configuration simplifiée avec un seul tube.

Histoire de rendre les choses encore plus simple, le nouveau véhicule récupère la même dénomination: ce sera donc le 2S35 Koalitsiya-SV.

Il y a donc trois véhicules (!) portant la même dénomination (deux démonstrateurs présentant des configurations différentes et un véhicule de série)…

…Qui a dit que les Russes aimaient brouiller les cartes?

C’est lors du défilé du 9 mai 2015 qu’ont été aperçus pour la première fois par le grand public pas moins de 8 canon automoteur 2S35 « de série ». Ces derniers avaient déjà été aperçus lors des répétitions du défilé mais couvert par des bâches afin que les analystes ne puissent pas « évaluer » le véhicule.

2S35_Koalitsia-SV_frontview

2S35 « bâchés » vu ici lors des répétitions pour le défilé du 9 mai 2015. Photo@wikipedia

Les deux premiers 2S35 Koalitsiya-Sv sont sortis d’usine en 2014 et 10 unités supplémentaires ont été livrés par Uraltransmash en mars 2015. Ces véhicules sont employés par l’armée Russe pour les tests d’évaluation et de mise au point.

Le véhicule est toujours en phase de tests depuis la fin de l’année 2016 et les informations les plus récentes indiquent qu’ils rentreront en unité de première ligne à partir de 2020.

Attardons-nous plus en détails sur le véhicule.

  • Châssis

Bien que ressemblant de loin au 2S19, le 2S35 est un véhicule entièrement neuf; le châssis employé, qui est en acier soudé, devait initialement être celui du MBT T-14 Armata (à 7 galets de roulement) or les véhicules aperçus tant qu’à présent sont tous montés sur un châssis de MBT T-90 (à 6 galets de roulement).

L’emploi du châssis du T-90 a entraîné de grosses modifications à ce dernier dans sa partie avant suite à l’installation de l’équipage dans cette zone du véhicule.

f0278443_56fb900d95816

Cette photo d’un 2S35 permet de mieux voir le châssis à 6 galets du véhicule. Photo@??

L’idée d’employer à terme le châssis du T-14 Armata est toujours à l’ordre du jour, mais aucune information supplémentaire sur cette question n’est disponible actuellement. Avec la disparition « à terme » de la production des châssis T-72/T-90; il est évident que ce dernier finira par être supplanté par le nouveau châssis commun de l’Armata.

Il faut cependant prendre en ligne de compte le fait que la production de l’Armata débute à peine et le besoin exprimé par l’armée Russe pour ce nouveau MBT est tellement important que la production de son châssis ne sera probablement pas prioritaire pour le 2S35 dans un premier temps.

On se retrouve donc face à un véhicule qui ne dispose pas de son châssis définitif mais bien de sa tourelle et de sa « configuration technique générale » de série.

  • Motorisation

La propulsion des 48 tonnes (estimation) du véhicule est assurée par un moteur diesel V-92C2 (issu du T-90) de 1.000 Cv installé, avec sa transmission, en arrière du châssis. Le train de roulement est composé d’une chenille avec un barbotin à l’arrière et une poulie de tension à l’avant; la chenille dispose de 6 galets de roulement et de 5 galets de soutien.

Aucune information n’est disponible sur la transmission employée sur le véhicule.

La vitesse maximale atteignable est de 60 Km/h et l’autonomie prévue de 500 Km.

  • Equipage

L’équipage est composé de 3 hommes d’équipage (pilote, commandant et tireur) qui prennent place dans une compartiment de travail blindé installé à l’avant du véhicule. On peut également voir sur les photos du véhicule la présence de trois trappes à l’avant du véhicule pour l’accès au véhicule.

11

Modélisation du compartiment habité du 2S35. Infographie@btvt.info

On voit sur la modélisation ci-dessus que le pilote se trouve au milieu du compartiment tandis que le commandant du char se trouve à sa droite tandis et le tireur se trouve à sa gauche. Chaque membre d’équipage a devant lui une console informatique lui permettant de contrôler l’engin et ses systèmes.

Le compartiment dispose de protection NBC, d’un système automatisé d’extinction des incendies et d’un système de vision nocturne.

2d28fd0be81317910aadd12b47ae2a81

Cette photo permet de mieux appréhender la configuration générale du 2S35. Photo@IHS

  • Armement

L’armement est abrité dans une vaste tourelle en acier soudé qui renferme la grande nouveauté du 2S35: le canon de 152 mm à âme lisse 2A88. Ce dernier est approvisionné à raison de 70 obus (de différents types) par un chargeur pneumatique, ces derniers étant stockés dans la nuque de la tourelle. Le rechargement en obus se fait par l’arrière du véhicule.

Le canon peut employer l’obus guidé 30F39 (système Krasnopol-M), ce dernier est une version adaptée pour être employée par les chargeurs automatiques (au niveau de la taille de l’obus). Capable d’atteindre des cibles distante de 3 à 20 Km, il nécessite l’emploi d’un pointeur laser pour le marquage de la cible. Cependant, les performances de cette munition sont beaucoup plus poussées, permettant un coup au but sur une cible en mouvement.

2K25_Krasnopol

L’obus 30F39. Photo@Mike1979 (Wikipedia)

Le canon et son fonctionnement sont fortement automatisés, de manière à minimiser la taille de l’équipage et maximiser sa capacité de tir. On peut lire tout et son contraire au niveau des capacités réelles de tir du 2S35; cependant il est déjà acquis que ses performances ne seront pas moindre que le 2S19M2. On peut donc déjà tabler sur une capacité de tir minimale de 10 obus/minute.

De plus, les estimations les plus plausibles tablent sur une augmentation de la cadence de tir de 15-20% par rapport au 2S19M2; il n’est donc pas exagéré d’envisager une cadence de tir oscillant entre 10 et 14 obus/minute, 12 étant la moyenne la plus plausible.

Certes, ce calcul ne se base que sur des comparatifs et des croisements de sources diverses mais en l’absence de source officielle et en excluant les affirmations complètement farfelues: il est impossible d’avoir une réponse claire et précise à cette question.

pic1

Schéma reprenant les différents capteurs et calculateurs intervenant dans le fonctionnement du 2A88. Schéma@btvt.info

Il en va de même en ce qui concerne les performances des obus; on peut lire que le 2S35 est capable de tirer à une distance atteignant 70 Km (oui, rien que ça!). Sauf si les ingénieurs Russes ont trouvé une formule magique capable de doubler les performances balistiques des obus employés; l’idée paraît tout simplement absurde.

L’emploi d’obus identiques et/ou similaires à ceux employés par le 2S19 combiné au nouveau canon 2A88 permet d’évaluer les capacités de tir réelles à une distance allant de 3 à 36 Km (si l’obus est appuyé de fusées) la distance maximale réaliste pour un obus classique étant autour des 30 Km. On ne part donc pas sur une « révolution » fondamentale mais sur une « évolution » qui offre quand même des capacités accrues par rapport à son prédécesseur.

Le gros avantage qu’offre le 2S35 par rapport au 2S19 est la capacité du premier à travailler en réseau; cette capacité permettant aux équipages de recevoir les coordonnées de la cible qui aura été préalablement repérée par d’autres systèmes.

La protection rapprochée du véhicule contre l’infanterie et les cibles aériennes est assurée par une tourelle 6S21 montée en toiture. La tourelle comprend une mitrailleuse Kord de 12,7mm alimentée à raison de 200 coups, un télémètre laser et les moyens de guidage à distance (caméras) pour l’équipage. La mitrailleuse dispose d’un axe de débattement vertical allant de -5° à +75°.

5l-image

Cette photo arrière permet de mieux voir la mitrailleuse téléopérée ainsi que le système de rechargement des obus. Photo@army technology

De plus, des lanceurs de grenades fumigènes 902V Tucha sont implantés à la gauche et à la droite de l’avant de la tourelle ainsi que de chaque côté de la toiture.

Deux capteurs sont implantés sur la tourelle, en avant et en arrière de celle-ci, ces derniers permettant la détection des missiles approchant le véhicule. Ces derniers déclenchant automatiquement les grenades fumigènes.

  • Variantes envisagées

Outre la version sur châssis chenillé, la Russie travaille également sur une version du Koalitsiya-Sv montée sur un châssis Kamaz 6560 (8×8). Cette version reprise sous la dénomination 2S35-1 Koalitsiya-SV-KSh est dévelopée pas TsNII Burevestnik.

Le châssis Kamaz 6560 est déjà employé par le système Pantsir-S1, cependant il devra être renforcé dans le cadre de son emploi avec la tourelle du Koalitsiya. Sa motorisation devra être augmentée (on parle d’un moteur de 400 Cv) pour pouvoir assurer le déplacement du véhicule avec la tourelle sur tous types de terrain. Le Kamaz 6560 recevra également quatre béquilles d’appui pour stabiliser le véhicule avant le tir.

Koalitsiya-SV_152mm_8x8_wheeled_self_propelled_howitzer_Kamaz_Russia_Russian_defence_industry_military_technology_001

Infographie représentant le Koalitsiya-SV-KSh sur châssis Kamaz. Infographie@Army Recognition

L’équipage du Koalitsiya-SV-KSh trouvera place dans la cabine du camion d’où seront contrôlés le système de tir du véhicule.

Le but recherché par la Russie est de disposer d’un véhicule moins « lourd » et plus facilement déployable que la version avec châssis chenillé. Le temps de déploiement espéré est de 1 min 30 pour disposer d’un véhicule prêt à faire feu.

Deuxième variante envisagée, une version destinée à la Marine. Pouvant être employée soit pour équiper des batteries côtières soit pour équiper les futurs destroyers Izd. 23560  Лидер.

Koalitsiya-F_Howitzer_turret_152mm_Russia_Navy

Infographie du Koalitsiya-F montrant la configuration et le stockage des obus. Photo@navy-recognition

Cette variante, dénommée 2S35 Koalitsiya-F verrait le grand retour des deux canons superposés (à croire que c’est une idée fixe) tandis que les obus seraient stockés en-dessous de la tourelle.

Avec les fortes incertitudes qui planent actuellement sur le projet Lider, il reste à voir si le projet sera maintenu et éventuellement employé sur d’autres navires.

En conclusion

On l’a vu, les Russes continuent à acquérir le 2S19 (et sa variante modernisée le 2S33) tout en mettant au point le 2S35.

Contrairement à d’autres domaines, le besoin de renouvellement n’est pas aussi pressant: en effet, le 2S19 est entré en service actif peu de temps avant la chute de l’URSS et il s’agit d’un matériel bien pensé et moderne qui a connu plusieurs phases de modernisation avec accroissement des capacités offertes.

Si l’on met de côté les tentatives de mise au point de canon automoteur à deux tubes qui relèvent presque de l’anecdote (même si l’idée de base est pertinente), l’arrivée en unités du 2S35 marquera le début de la modernisation progressive des unités d’artillerie qui disposent de 2S19 « d’origine » approchant doucement de leur fin de vie opérationnelle.

Le 2S35 permet à la Russie d’assurer une transition en « douceur » au sein de son artillerie, le passage par plusieurs étapes avec un « châssis intermédiaire » limite le risque d’échec et laisse le temps d’obtenir un produit final qui réponde parfaitement aux besoins de la force terrestre Russe.

De plus, on voit que les Russes ont conçu et pensé le système en vue de l’adapter pour différents usages et plate-formes; ce faisant ils permettent une certaine rationalisation dans les armements employés par les différents corps d’armées. Dans le contexte économique actuel Russe, ce n’est certainement pas une mauvaise chose.

Nous aurons donc l’occasion de revenir sur la question, le 2S19 sera abordé en détails dans un prochain dossier.

2 réflexions sur “[Dossier] Le canon automoteur 2S35 Koalitsiya-SV

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s