[Actu] SSGN Izd.885(-M) Yasen(-M): ça avance!

L’année 2021 s’annonce déjà comme un bon crû en matière de construction navale russe et ce principalement en ce qui concerne les sous-marins nucléaires. Outre la première sortie en mer du K-329 Belgorod (qui fera l’objet d’un article ultérieur), la première sortie en mer du Knyaz Oleg (Izd.955A Boreï-A), c’est au niveau de la classe de sous-marins lanceur de missiles de croisière Yasen-M (Izd.885M) que les choses évoluent de manière très positive.

En effet, à quelques jours d’intervalles: on a pu assister à la première sortie en mer le 2 juillet du K-573 Novosibirsk, premier navire de série de la classe Yasen-M ainsi qu’au lancement du K-571 Krasnoyarsk au sein du chantier naval SevMash le 30 juillet. Alors que les travaux sur cette classe de bâtiments se sont éternisés (principalement pour des raisons financières ainsi que dans une moindre mesure pour des raisons techniques): il s’est écoulé pas moins de 21 années (!) entre la mise sur cale en 1993 de la tête de série, le K-560 Severodvinsk, et son admission « officielle » au service en 2014. Ce qui constitue fort probablement un record absolu en la matière.

Le seul et unique Yasen (885/08850): le K-560 Severodvinsk. Image@?

Sous-marins nucléaires lanceurs de missiles de croisière (АРКRRK / АПКРРК dans la classification russe) dits de « quatrième génération », les Izd.885(-M) Yasen(-M) doivent assurer à terme la relève des SSGN Izd.949A Antey (code OTAN: Oscar-II) ainsi qu’indirectement du reliquat de SNA Izd.971 Shchuka-B (code OTAN: Akula). Cependant, ce remplacement est à envisager à la lumière des modernisations en cours qui verront la carrière de certains navires des deux classes mentionnées se prolonger encore plusieurs années; la flotte de Yasen(-M) viendra donc compléter dans un premier temps les Antey et Shchuka-B, un remplacement complet de ces derniers passera par la mise en service des Yasen(-M) qui formeront le cœur de la flotte d’attaque russe et complétés à plus long terme par les sous-marins de la nouvelle classe Husky (Хаски).

Le développement de cette nouvelle classe, reprise sous le nom de Yasen (Ясень), est initiée en 1977 sous l’égide du bureau de design SPMBM Malakhit de Saint-Pétersbourg, le projet étant dirigé par V.N. Pyalov avec le chantier naval SevMash chargé de construire les bâtiments. Capitalisant sur l’expérience acquise avec les SNA de la classe Lira (Izd.705) qui, malgré leur armement important, disposaient d’un équipage réduit grâce à l’usage accru d’automatismes pour gérer le bâtiment ainsi que sur les travaux effectués sur les SNA Shchuka-B (Izd.971): le but poursuivi étant de créer un bâtiment polyvalent apte à remplacer les nombreux designs en service (générateurs de fortes contraintes logistiques) au sein de la Marine Soviétique en standardisant (au maximum) la flotte sur un modèle unique polyvalent. Vu le temps écoulé entre la mise en service de l’unité tête de série de la classe, le K-560 Severodvinsk, et le deuxième bâtiment, le K-561 Kazan: les ingénieurs ont eut le temps de développer une version améliorée de cette classe de bâtiments, le Yasen-M (le suffixe –M indiquant, fort logiquement, qu’il s’agit d’un standard modernisé).

Le K-561 Kazan, premier Yasen-M (885M/08851) aux essais. Image@CrazyMK / Airbase.ru

Deux standards existent donc au sein de la classe Yasen:

  • L’Izd.885 (08850) Yasen
  • L’Izd.885M (08851) Yasen-M

Sans rentrer dans les détails techniques, ce n’est pas le but de cet article, on peut signaler que les principales différences entre les deux standards se situent au niveau des équipements embarqués (capteurs, système de combat) mais également au niveau de l’architecture générale du bâtiment puisque la classe Yasen-M est un peu plus compacte que la classe Yasen (point de vue longueur et déplacement du navire); enfin sa chaîne cinématique est modernisée tout en étant légèrement plus puissante. A contrario de ses prédécesseurs de l’époque soviétique, la classe Yasen(-M) est construite principalement autour d’une simple coque avec une double coque partielle sur certaines zones du bâtiment.

Un aperçu du poste de commandement central (GKP) du K-561 Kazan. Un soin particulier a été apporté à l’ergonomie ainsi qu’au confort des opérateurs. Image@TVZvezda

Les chiffres suivants sont disponibles (certains sont à envisager avec les réserves de rigueur) en ce qui concerne les Yasen(-M);

  • SSGN à double coque partielle
  • Déplacement: 8.600 tonnes en surface / 13.800 tonnes en plongée (moindre sur les Yasen-M)
  • Longueur de 139 m (environ 130 m sur les Yasen-M)
  • Largeur de 13 m
  • Tirant d’eau de 10 mètres (9,4 m sur les Yasen-M)
  • Profondeur de plongée maximale 600 mètres
  • Equipage de 90 personnes

La chaîne cinématique des Izd.885M est composée d’un bloc nucléaire KTP-6-85 composé d’un réacteur nucléaire à eau pressurisé KTP-6-185SP de 200 MWt (VM-11 de 190 MWt pour l’Izd.885) couplé à un bloc turbine vapeur/réducteur OK-17M (OK-9VM pour l’Izd.885) qui entraîne, via un arbre de transmission, une seule hélice à 7 pales; cette propulsion permet au bâtiment d’atteindre la vitesse maximale en submersion de 31 nœuds tandis qu’en surface cette vitesse se réduit à 16 nœuds.

L’armement embarqué est composé de dix tubes (nombre réduit à huit sur les Yasen-M) lance-torpilles de 533 mm, alimentés par une dotation totale de trente torpilles, qui sont implantés équitablement de part et d’autre du navire latéralement sur les flancs presque au droit du massif, ceci en vue de libérer de la place pour le sonar qui occupe toute la pointe avant ainsi qu’une partie des flancs du navire. L’armement principal des Yasen(-M) est constitué par les lanceurs SM-346 (SM-704 sur les Yasen-M) consistant en huit tubes de lancement verticaux du système 3R-14V UKSK pouvant chacun contenir un maximum de quatre missiles soit au final un emport théorique de maximum trente-deux missiles de croisière du type Oniks/Kalibr et à terme 3M22 Tsirkon.

Les Yasen(-M) sont des navires qui ne manquent certainement pas d’élégance. Image@Alexander Merkushev

La classe Yasen(-M) est composée, pour l’instant, de quatre navires:

  • K-560 Severodvinsk (Izd.885/08850) en service au sein de la Flotte du Nord
  • K-561 Kazan (Izd.885M/08851) en service au sein de la Flotte du Nord
  • K-573 Novosibirsk (Izd.885M/08851) en cours d’essais constructeurs, destiné à la Flotte du Pacifique
  • K-571 Krasnoyarsk (Izd.885M/08851) en attente des essais constructeur, destiné à la Flotte du Pacifique

En outre, cinq autres navires de la classe Yasen-M sont à divers stades de construction au sein du chantier naval SevMash. Théoriquement (la nuance est importante), la série devrait comporter à l’horizon 2027: un Yasen ainsi que huit Yasen-M actifs soit un total de neuf bâtiments qui seront répartis au sein des deux flottes principales de la Marine Russe: la Flotte du Nord ainsi que la Flotte du Pacifique.

Le K-560 Severodvinsk

Premier navire de la classe Yasen et seul navire construit au standard Izd.885/08850, le K-560 Severodvinsk/Северодвинск (numéro constructeur: 160) est mis sur cale le 21 décembre 1993 (numéro constructeur: 160) et sa construction va se révéler être un exercice difficile dans le contexte budgétaire russe post-chute de l’URSS ainsi que dans le cadre de la perte de compétences et de capacités au sein de la construction navale russe: les travaux, interrompus à plusieurs reprises, vont s’éterniser et ce n’est que le 15 juin 2010 que le navire sera lancé.

Tir en surface d’un missile Kalibr par le K-560. Image@?

 

La première sortie en mer du navire dans le cadre des essais d’usine va débuter le 12 septembre 2011, cependant vu la complexité du bâtiment ainsi que le nouveau type d’armements mis en œuvre par ce dernier: les essais d’usine vont s’éterniser, le navire effectuant plusieurs passages au chantier naval pour corriger des défauts constatés sur ce dernier durant les essais. Les chiffres avancés indiquent que durant les deux années qui ont suivi sa première sortie en mer, le Severodvinsk va passer pas moins de 137 jours en mer pour poursuivre les essais de ses équipements ainsi qu’évaluer son comportement en mer. Ce faisant, les essais étatiques, deuxième partie de la campagne d’essais et préliminaire obligatoire pour l’admission au service vont débuter le 5 novembre 2013: un premier tir (réussi) de missile Oniks se déroulant le jour suivant

Le K-560 Severodvinsk durant sa (très) longue campagne d’essais. Image@?

Finalement, c’est le 17 juin 2014 que le navire va être admis au service (première levée du drapeau) au sein de la 11 DPL de la Flotte du Nord. Néanmoins, cette mise en service ne signifiait pas pour autant que le bâtiment était « opérationnel et disponible à 100% », en effet, de longs mois d’essais (comprenant notamment des tirs de missiles Kalibr), de mise au point et de travaux correctifs (avec passage chez SevMash) vont encore être nécessaires pour que la Marine Russe considère le K-560 comme étant disponible pour ses besoins opérationnels. La transition entre le chantier naval et la base d’attache va se dérouler entre le 3 et le 18 juillet, les essais du bâtiment se poursuivant en mer Blanche. Finalement, la période d’essais du navire va s’achever en mars 2016 avec le départ du K-560 pour sa première mission opérationnelle peu de temps après; cette première mission s’achèvera le 1er août 2016 avec le retour du navire à sa base d’attache de Zapadnaya Litsa.

Le K-560 Severodvinsk. Image@CrazyMK / Airbase.ru

Le K-560 va également servir à partir du mois d’août 2021 aux essais du nouveau missile hypersonique anti-navires de surface 3M22 Tsirkon, procédant à des tirs en surface et immergés du Tsirkon dans le cadre des essais étatiques de ce dernier.

Statut: En service au sein de la Flotte du Nord (11 DPL).

Le K-561 Kazan

Deuxième navire de la classe Yasen et navire tête de série de la classe Yasen-M (Izd.885M/08851 Yasen-M), le K-561 Kazan/Казань (numéro constructeur: 161) est mis sur cale le 24 juillet 2009 chez SevMash. Construit à un standard modernisé par rapport au K-560 Severodvinsk, les travaux de construction du K-561 vont s’étaler sur huit années avec un lancement du navire le 31 mars 2017. Les essais d’usine vont débuter le 25 septembre 2018 avec comme objectif d’admettre au service le bâtiment en 2019: cependant, au vu des évolutions techniques significatives entre le K-560 et le K-561, les essais de ce dernier vont se prolonger nécessitant en outre plusieurs aller-retour au chantier naval SevMash pour corriger les défauts et problèmes rencontrés principalement sur des équipements auxiliaires mais nécessitant d’être traités (pour être conformes aux prérequis techniques voulus par la Marine Russe) avant que le navire ne puisse être déclaré apte au service. 

Le fanion avec les armoiries du K-561 Kazan. Image@VKoshkin / Airbase.ru

En mai 2019, la presse russe annonça qu’il serait impossible d’admettre le K-561 au service en 2019, les travaux de correction des défauts constatés ainsi que la vérification de l’efficacité des modifications apportées nécessitant un délai d’environ un an; décalant donc d’autant la mise en service du bâtiment, cette dernière n’étant plus attendue avant la fin de l’année 2020. La phase finale des essais étatiques va se dérouler à la fin du mois de novembre 2020 avec notamment le tir d’un missile Kalibr le 23 ainsi que d’un missile Oniks le 30 et enfin à nouveau d’un missile Oniks le 19 décembre.

Le K-561 Kazan de retour d’une sortie en mer durant ses essais étatiques. Image@SevMash

Finalement et après plusieurs décalages liés à la situation sanitaire ainsi que par un passage en carénage avant livraison, le K-561 Kazan est admis au service (première levée du drapeau) le 7 mai 2021 au sein de la 11 DPL de la Flote du Nord: le navire arrivant à sa base d’attache de Zapadnaya Litsa le 1er juin 2021.

Statut: En service au sein de la Flotte du Nord (11 DPL).

Le K-573 Novosibirsk

Troisième navire de la classe Yasen et premier navire de série de la classe Yasen-M, le K-573 Novosibirsk/Новосибирск (numéro constructeur: 162) est mis sur cale le 26 juillet 2013 chez SevMash bien que les travaux préliminaires sur ce dernier remontent à novembre 2011. Devant originellement s’appeler Ufa, le navire est finalement mis sur cale sous le nom de Novosibirsk. Les travaux vont avancer à un bon rythme puisque la coque interne est achevée en avril 2014, les tests hydrauliques suivant dans la foulée.

Cérémonie de mise sur cale du K-573 Novosibirsk au chantier naval SevMash. Image@Oleg Kuleshov / Foto Flota

La suite des travaux portant sur le montage des équipements internes du navire vont prendre quatre années supplémentaires et c’est le 25 décembre 2019 que le Novosibirsk est lancé au chantier naval SevMash, le but étant de l’admettre au service à la fin de l’année 2020. Néanmoins, c’était sans compter sur l’impact (en partie) du Covid-19 sur les calendriers d’essais ainsi que la charge de travail importante au sein du chantier naval SevMash (découlant pour partie des retards liés à la mise au point du K-561 Kazan). Les essais usine ne vont débuter qu’en date du 2 juillet 2021 avec la première sortie en mer du bâtiment, la mise en service du navire étant maintenant prévue pour la fin de l’année 2021: si cette échéance est respectée, il se sera écoulé huit années entre la mise sur cale et la mise en service du bâtiment.  

Le K-573 Novosibirsk au retour de sa première sortie en mer. Image@CrazyMK / Airbase.ru

A noter également qu’une fois admis au service, il s’agira du premier bâtiment de cette classe à rejoindre la Flotte du Pacifique (au sein de la 10 DPL) ainsi que du premier sous-marin nucléaire d’attaque neuf qui rejoindra cette Flotte depuis la mise en service du K-150 Tomsk (Izd.949A Antey) fin décembre 1996!  

Statut: En cours d’essais. Admission au service attendue fin 2021 au sein de la Flotte du Pacifique (10 DPL).

Le K-571 Krasnoyarsk

Quatrième navire de la classe Yasen et troisième navire de la classe Yasen-M, le K-571 Krasnoyarsk/Красноярск (numéro constructeur: 163) est mis sur cale le 27 juillet 2014 chez SevMash. Les travaux sur ce navire vont avancer à un bon rythme puisque le 23 janvier 2017, le chantier naval annonce la fin des tests hydrauliques de la coque interne. 

La fanion avec les armoiries du Krasnoyarsk. Image@Curious / Airbase.ru

Les travaux vont se poursuivre avec le montage des équipements dans et autour de la coque et c’est le 30 juillet 2021 que le navire est lancé. Une fois les essais terminés, le K-571 Krasnoyarsk sera le deuxième Yasen-M à rejoindre la Flotte du Pacifique (au sein de la 10 DPL): sa mise en service étant attendue pour 2022.  

Statut: Lancé, en attente du début des essais. Admission au service attendue fin 2022 au sein de la Flotte du Pacifique (10 DPL). 

Et ensuite?

Cinq Yasen-M supplémentaires sont actuellement à différents stades de construction au sein du chantier naval SevMash, leur achèvement et mise en service devant s’étaler sur la période 2023-2028. Il s’agit des navires suivants (dont les codes tactiques ne sont pas encore tous connus, à l’inverse de leurs noms de baptême):

  • K-564 Arkhangelsk (Архангельск): mis sur cale le 19/03/2015, attendu en 2023, destiné à la Flotte du Nord
  • K-xxx Perm (Пермь): mis sur cale le 29/07/2016, attendu en 2024, destiné à la Flotte du Pacifique
  • K-xxx Ulyanovsk (Ульяновск): mis sur cale le 28/07/2017, attendu en 2025, destiné à la Flotte du Nord
  • K-xxx Voronezh (Воронеж): mis sur cale le 20/07/2020, attendu en 2027, destiné à la Flotte du Nord
  • K-xxx Vladivostok (Владивосток): mis sur cale le 20/07/2020, attendu en 2028, destiné à la Flotte du Pacifique
Le fanion du futur K-564 Arkhangelsk. Image@Oleg Kuleshov / Foto Flota

Les dates de mises en service prévisionnelles sont bien évidemment à envisager avec les réserves de rigueur, la construction navale russe étant coutumière des « décalages vers la droite ». La répartition des neuf navires (un Izd.885 et huit Izd.885M) en 2027-2028 devrait être la suivante:

  • Flotte du Nord: Severodvinsk (Izd.885), Kazan, Arkhangelsk, Ulyanovsk, Voronezh (Izd.885M)
  • Flotte du Pacifique: Novosibirsk, Krasnoyarsk, Perm, Vladivostok (Izd.885M)

La différence du nombre de navires entre les deux flottes s’explique en partie par la présence, à terme, de deux (et éventuellement trois) SSGN Antey (Izd.949A) modernisés au standard Izd.949AM qui viendront compléter la flotte de Yasen-M au sein de la Flotte du Pacifique. A l’inverse, leurs homologues de la Flotte du Nord s’orientent doucement vers le retrait de service en l’état d’origine: il ne reste plus que deux unités en service au sein de cette flotte, les K-266 Orel et K-410 Smolensk.

En conclusion

Ce serait un doux euphémisme d’écrire que le développement des SSGN de la classe Yasen(-M) ne fut pas de tout repos. Emblématique des difficultés rencontrées par la construction navale russe, le cas du K-560 Severodvinsk est pour le moins exceptionnel: mis sur cale en 1993 et effectivement opérationnel en 2016 (!), la mise en service officielle de 2014 n’étant que théorique vu que le navire n’avait pas encore achevé une partie des essais nécessaires pour qu’il soit prêt à être employé dans un but opérationnel.

La modernisation de cette classe avec le passage du standard Yasen (885/08850) au standard Yasen-M (885M/08851) va également avoir un impact non-négligeable sur les temps de construction des navires, le K-561 ayant vu s’écouler douze années entre sa mise sur cale et son admission au service. Les écueils connus dans le développement des Yasen(-M) n’ont pas vraiment « refroidi » les décideurs de la Marine Russe (nuançons quand même avec le fait que ces derniers n’avaient pas d’alternatives aux Yasen-M) puisque ce sont neuf navires au total qui ont été mis sur cale tant qu’à présent et rien n’indique que la série s’arrêtera définitivement à la sortie du Vladivostok prévue pour 2028.

Le K-560 Severodvinsk sortant pour des essais en mer. Image@Oleg Kuleshov / Foto Flota

Malgré des débuts laborieux ainsi qu’une mise au point délicate, on constate néanmoins que les choses bougent et dans la bonne direction (ce qui ne fut pas toujours une certitude en ce qui concerne la construction navale russe): avec l’admission au service en 2020 du K-561 Kazan, les essais à la mer du K-573 Novosibirsk avec mise en service prévue pour 2021 et enfin le lancement du K-571 Krasnoyarsk en 2021, on peut voir que le chantier naval SevMash semble – enfin! – avoir trouvé un certain rythme de croisière avec la gestion de la production ainsi que des campagnes d’essais et de mise au point des sous-marins nucléaires russes. Cette tendance se constatant également au niveau des SNLE de la classe Boreï-A (Izd.955A), le Knyaz Oleg étant attendu pour cette année tandis que deux unités de cette classe doivent être mises sur cale dans les jours à venir. L’accélération significative des lancements et admissions au service est la résultante de plusieurs facteurs: les navires produits sont arrivés à maturation (la mise au point a été suffisamment longue pour que ce soit enfin le cas), la construction en série des navires permet aux équipes de production de maîtriser à fond les processus de fabrication, les outils de production sont en cours de renouvellement chez SevMash permettant d’améliorer la vitesse de construction, la chaîne logistique détruite à la fin de l’URSS a été (en grande partie) rétablie et enfin les financements sont fournis en temps et en heure (ce qui ne fut pas toujours le cas par le passé).

Les différents facteurs exposés ci-dessus permettent de voir que le chantier naval SevMash est passé d’un délai de vingt-et-une années nécessaires pour produire et admettre au service le K-560 Severodvinsk à un délai de huit années pour produire et mettre en service le K-573 Novosibirsk. Certes, le contexte économique et politique de la Russie des années 1990 a pesé lourdement sur les délais de production (le cas du K-560 doit donc être, en partie, relativisé) mais il n’empêche que la construction navale russe atteint enfin une certaine stabilité et un rythme de croisière principalement dans le secteur de la construction des sous-marins nucléaires; les temps de production russes s’alignant enfin sur ceux de leurs homologues occidentaux (bien que ne revenant pas aux niveaux connus à l’époque soviétique). Vu le retard pris dans le renouvellement et la modernisation de la flotte sous-marine russe, cette accélération est la bienvenue puisque les deux flottes principales, la Flotte du Nord et du Pacifique, reposent encore sur le matériel hérité de l’époque soviétique pour les missions d’attaque: sachant que l’URSS a disparu il y a trente ans, ceci donne une meilleure idée de l’ampleur de la tâche à accomplir ainsi que du pourquoi cette accélération tombe à point nommé.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :