[Actu] Vers une amélioration de la mobilité de l’artillerie russe

Il y a quelques mois nous avons publié sur ce blog un dossier concernant le 2S19 Msta-S, devenu à l’heure actuelle l’un des principaux systèmes d’artillerie en service au sein des forces armées russes, abordant différents aspects de ce dernier et notamment ses variantes et dérivés.

Il semblerait que dans le futur un nouvel engin pourra se rajouter à la liste sous la désignation 2S43 « Мальва » (Malva, en français la fleur mauve). Bien que peu d’informations soient disponibles concernant cette nouvelle artillerie à l’heure actuelle -et nous y reviendrons plus loin dans l’article – , il est tout d’abord intéressant de noter que le nouvel engin ferait partie intégrante du programme « Набросок » (Nabrosok, soit esquisse) dont nous allons aborder les projets concernés jusque-là et l’intérêt de ce programme dans le cadre de l’amélioration qualitative de l’artillerie russe.

Le programme Nabrosok; les matériels concernés

Le programme Nabrosok, dont les premières informations sont apparues au tout début de septembre 2016, concernait jusque-là trois modèles de mortiers automoteurs développés par la JSC « TsNII Burevestnik« :

1. Le 2S41 Drok

Nous avions déjà abordé cet engin lors de la couverture du salon ARMY-2019; pour en reprendre les grandes lignes, le 2S41 Дрок (Drok, la fleur genêt) est un mortier automoteur léger à destination des forces aéroportées basé sur le MRAP Taïfun K-4386 (appelé aussi Taïfun-VDV, soulignant de la sorte le principal utilisateur concerné par ce modèle) mis en oeuvre par un équipage de quatre personnes et dont l’armement consiste en une pièce de 82 mm  installée dans une tourelle; le mortier 2B24 est généralement cité mais le mortier équipant le 2S41 se recharge par la culasse (emploi en tourelle close oblige) contrairement au 2B24 qui se recharge de manière classique par la gueule.

Toujours est-il que les performances sont extrêmement similaires avec une portée de tir comprise entre 100 m et 6 Km et une cadence de tir maximale estimée à 12 coups/min; il est également annoncé que le mortier pourrait être démontable pour pouvoir être employé à terre en cas de besoin, mais l’information reste non confirmée (et quelque peu douteuse en l’état). La dotation en munitions est de 40 obus.

48108816392_65c9683327_b
Le 2S41 exposé au salon ARMY-2019. Photo@Said Aminov.

Pour assurer sa défense rapprochée, le 2S41 est doté d’un tourelleau indépendant équipé d’une mitrailleuse légère 6P7K PKTM de 7,62 x 54 mm; une configuration où la mitrailleuse prenait place dans le même ensemble que la tourelle principale a été également envisagée au début du programme. Par ailleurs, douze lance-pots fumigènes 902V Tucha sont installés sur la tourelle pour pouvoir masquer le blindé en cas d’accrochage et/ou de retraite. Enfin à l’arrière du véhicule sont installés quatre détecteurs d’alerte laser devant prévenir l’équipage en cas de ciblage du mortier par un laser, par exemple émis d’un système ATGM (Anti-Tank Guided Missile).

D’une masse d’environ 14 tonnes, le rendant ainsi aérotransportable (et dans le futur aérolarguable avec un système de parachute devant être développé d’ici 2021) via IL-76 ou par l’hélicoptère lourd Mi-26, le 2S41 est motorisé par un moteur KamAZ-650.10-350 de 350 ch grâce auquel il peut atteindre les 100 Km/h en vitesse de pointe sur route tandis que ses performances dynamiques lui permettent de gravir des pentes d’une inclinaison de 30° et de franchir des gués d’une hauteur de 1,9 m. Par ailleurs son autonomie est de 1200 Km.

2019-12-31.png
Le 2S41 lors d’une batterie de tests. Image@TV Zvezda.

Les VDV devraient recevoir cet engin sous peu si on en croit les dernières annonces, en effet les tests étatiques le concernant devraient être achevés dans le courant de 2020, qui devrait être suivi d’une première commande dans le but de remplacer le parc de mortier de 82 mm tracté actuel ou tout du moins une partie de celui-ci. Cependant, une annonce du vice-ministre de la Défense Dmitri Boulgakov laisse supposer que le Drok pourrait être amené à équiper l’ensemble des forces armées russes: cette dernière annonce semble quelque peu -trop- ambitieuse à moyen terme du fait de la quantité de matériel à remplacer, et ce d’autant plus qu’un mortier tracté possède des avantages en discrétion tout en étant plus aisé à déplacer.

2. Le 2S40 Floks

Le 2S40 Флокс (Floks, une variété de fleur) est un modèle plus lourd destiné aux forces terrestres. Les informations à son sujet sont plus rares, il s’agit toutefois d’un mortier automoteur de près de 20 tonnes mis en oeuvre par un équipage de quatre personnes, basé sur une plate-forme Ural-4320 en configuration 6×6 doté d’une cabine blindée (de manière à protéger l’équipage et l’engin des munitions de petit calibre tout en offrant une protection légère face aux mines et IED) et dont la motorisation consiste en un YaMZ-536 poussé à environ 310 ch. Contrairement aux deux autres projets, une partie de l’équipage opère à l’extérieur de l’engin, au moins pour ce qui est du rechargement; le système de conduite de tir -et donc le tireur- se trouvant dans la cabine.

FLOKS_SAU_160901_01
Un 2S40 lors d’une exposition. Photo@Alexseï Zharich.

A l’arrière du véhicule est installée une pièce de 120 mm (semble-t-il dérivée du 2A80). Disposant d’un total de 80 obus, à savoir 28 projectiles prêts à l’emploi installés dans des conteneurs placés aux côtés du mortier et 52 autres dans des conteneurs à l’avant du mortier, ce dernier possède une portée de tir maximale comprise entre 7,5 et 13,5 Km suivant le type de munition employée et dont la cadence de tir maximale est estimée entre 8 et 10 coups/min. Son autodéfense est assurée par une mitrailleuse lourde de 12,7 x 108 mm 6P49 Kord téléopérée ainsi que par l’installation d’un système de détection d’alerte laser et des lance-grenades fumigènes 902V Tucha.

Un contrat a déjà été signé concernant la production en série du 2S40 ainsi que du 2S41 au profit des forces armées russes, bien que les deux engins soient encore en phase de tests (qui doivent prochainement toucher à leur fin). En ce qui concerne le 2S40, rappelons qu’un contrat a été signé au cours du salon ARMY-2019 pour la production et la livraison de mortiers de 120 mm basés sur une plate-forme à roue; si le doute est encore permis du fait du manque de précision apporté à cette annonce (potentiellement un contrat pour la livraison de systèmes 2S12A Sani) il est de fait possible que ce contrat concernait effectivement le 2S40.

3. Le Magnolia

Le Magnolia (il est parfois possible de voir la désignation 2S39 à son sujet, mais en l’état rien d’officiel) est un mortier automoteur lourd opéré par quatre hommes spécialement conçu pour pouvoir opérer en environnement polaire: pour cela il a été décidé d’employer comme base la plate-forme chenillée articulée DT-30PM dotée d’un moteur de 710 ch, conférant à l’engin un meilleur comportement en terrain peu porteur tout en apportant une capacité amphibie, sur lequel est monté une tourelle de 2S31 équipée du mortier 2A80 de 120 mm dans la partie arrière doté de pas moins de 80 obus.

7046759_original
Un prototype du Magnolia affiché sur un prospectus de publicité. Image@TsNII Burevestnik.

Encore une fois, la protection du blindé est assurée, outre le blindage minimal apporté par le châssis, par douze 902V Tucha et des détecteurs d’alerte laser installés sur la partie frontale et à l’arrière de la tourelle; une mitrailleuse PKTM peut également être implantée.

Si les performances de la portée de tir affichées sur une fiche technique officielle du groupe Uralvagonzavod seraient comprises entre 7,5 et 10 Km suivant le projectile employé, le 2A80 permet toutefois d’atteindre des portées plus lointaines – concrètement les mêmes que le 2S40, à savoir de 12 à 13,5 Km avec l’emploi de projectiles spécifiques tel que le 3VOF110 – tout en pouvant utiliser le projectile guidée Kitolov-2 d’une portée maximale d’environ 12 Km. Concernant ce dernier point, un nouvel obus guidé est d’ailleurs actuellement en développement sous la désignation « Glissada » et qui verrait la distance de tir maximale poussée jusqu’à 25 Km; il est probable que le 2S40 puisse également employer cette munition.

6824553_original
Un Magnolia lors d’un transport. Photo@Sasa Sasa.

Le TOS-2 Tososchka: un futur « lance-flammes » sur roue.

Bien que ce modèle ne fasse pas partie intégrante du programme Nabrosok, ce dernier possède des similitudes, au niveau du concept de base, avec les engins précédemment abordés et de ce fait il semble intéressant d’en parler dans le cadre de cet article.

Mentionné pour la première fois durant le mois de septembre 2016 sans plus de précision, le projet – alors désigné Tosochka – a été par la suite présenté comme étant une alternative au TOS-1A actuellement en service au sein des forces russes, devant troquer la protection apportée par la plate-forme du T-72/T-90 au profit d’un gain de mobilité apportée par un châssis à roue, armé de roquettes plus modernes offrant une portée de tir accrue et équipé d’une conduite de tir moderne.

Alors que les tests étatiques le concernant semblent avoir débutés au cours de l’été 2019 et doivent en théorie être achevés dans le courant de 2020, des illustrations tirées d’un brevet pourraient (le brevet en question ne faisant aucune mention de l’engin) apporter un éclairage sur l’aspect du Tosochka, maintenant désigné TOS-2.

13865770-o.jpg
Un croquis de ce à quoi pourrait ressembler le TOS-2. Image@https://findpatent.ru/patent/270/2703817.html

Si l’on en croit les illustrations, le TOS-2 serait donc effectivement basé sur un châssis à roue en configuration 6×6 -semble-t-il celui du Tornado-U– sur lequel est monté un lanceur (le nombre de roquettes contenues étant inconnu pour l’heure), mais il apparaît clairement que ce nombre soit clairement inférieur aux 24 roquettes contenues dans un TOS-1A). Par ailleurs, l’installation d’une grue doit permettre à l’engin de pouvoir recharger le lanceur en autonomie et ainsi ne plus dépendre – ou du moins réduire la dépendance – de véhicules de rechargement spécifique.

Toujours est-il que l’on devrait avoir plus d’information concernant le TOS-2 plus tardivement cette année; outre la fin annoncée des tests étatiques, les premiers exemplaires devraient être livrés suffisamment tôt pour pouvoir participer à la parade militaire de la Victoire du 9 mai 2020.

4. Le 2S43; un nouveau venu

Dernier représentant du projet Nabrosok en date donc et « dévoilé » durant le courant du mois d’octobre, les informations concernant le 2S43 Malva sont pour l’heure quasi inexistantes; d’ailleurs le projet n’est actuellement documenté qu’à travers une représentation visuelle ainsi que par des maquettes. Toutefois, quelques renseignements ont pu être notés à son sujet.

k7w1e
Un schéma représentant le 2S43. Image@step.

Annoncé comme étant un potentiel successeur aux canon tracté 2A65 Msta-B et 2S1 Gvozdika (cette dernière information doit être prise avec les pincettes de rigueur vu les différences notables entre les deux systèmes), il s’agirait ainsi d’une artillerie automotrice conçue sur un châssis BAZ-6010-27 doté de quatre essieux (dont un exemplaire aurait été envoyé au sein des locaux de la TsNII Burevestnik en août dernier pour la mise au point d’un modèle d’essai) sur lequel est monté un canon 2A65 de 152,4 mm et long de 47 calibres (longueur totale: 7,163 m) ou une possible variante au sein d’une tourelle ouverte sur l’arrière.

Le projet n’est pas sans rappeler le 2S27 Msta-K – abordé brièvement sur le blog au sein du dossier concernant le 2S19 – développé durant la seconde moitié des années 1980 et abandonné quelques années plus tard qui consistait au montage d’un canon 2A67 (une variante du 2A65 conçu pour être monté sur une plate-forme à roue) sur un châssis Ural-5323 puis sur KrAZ-CR-3210 (renommé ultérieurement KrAZ-6316).

2С21_Мста-К
Le 2S21 Msta-K sur châssis KrAZ-6316; visiblement le concept semble revenir en grâce en Russie. Image@Burevestnik.

Si le choix du 2A65, canon éprouvé et parfaitement connu des forces russes, permet en théorie une mise en service assez rapide de l’engin, la question se pose quant aux performances du canon qui sont aujourd’hui quelques peu dépassées avec au maximum 29 Km de portée via l’emploi du projectile à propulsion additionnelle 3OF61; toutefois, il a été annoncé à plusieurs reprises que ce canon ainsi que ses variantes devrait voir une amélioration des performances offertes, via le développement de nouvelles munitions.

Il est également possible de mentionner le 2S35-1 Koalitsiya-SV-KSH dont la conception tend à emprunter le même état d’esprit que le 2S43. Variante du système d’artillerie chenillé 2S35 Koalitsiya-SV, le 2S35-1 en reprend en effet le même système d’arme, à savoir le canon 2A88 de 152,4 mm et long de 52 calibres installé dans une tourelle inhabitée qui est installé sur un KamAZ-6560 en configuration 8×8 en lieu et place du châssis du T-90.

DPmQz8-WAAENbdj
Un prototype du 2S35-1. Photo@Yaroslav Gunin.

A première vue, le 2S35-1 est nettement plus prometteur que le 2S43: avec une portée de tir poussée jusqu’à 70-80 Km (probablement avec l’emploi de projectile à propulsion additionnelle spécifique), le 2A88 apporte en effet une allonge de tir dépassant allègrement tous les canons d’artillerie en service au sein de la Fédération de Russie tout en se plaçant dans le haut du panier face aux canons disponibles à l’étranger, tandis que la cadence de tir doit dépasser les 10 coups/min (on parlerait « plus précisément » entre 12 et 16 coups/min). Par ailleurs, la tourelle peut offrir un léger atout au sens où l’engin n’a pas besoin de se réorienter face à la cible si nécessaire, au détriment toutefois d’une hausse de la masse.

Cependant, le stade de développement de ce dernier est mal connu tandis que son rôle n’est pas déterminé avec précision, à savoir s’il devra également remplacer les canons tractés des forces terrestres ou bien servir d’artillerie côtière en complément/remplacement du A-222 Bereg.

Une artillerie russe plus réactive?

Initiés au milieu de la décennie venant de s’achever, les différents modèles développés dans le cadre du programme Nabrosok ont donc été conçus pour pouvoir apporter une nette amélioration de la mobilité de l’artillerie russe à l’avenir.

Nécessitant un temps de mise en batterie moindre, pouvant se redéployer plus rapidement et donc de fait plus à même d’échapper à un tir de contre-batterie ou de suivre l’avancée des forces sans compter le gain de protection pour les servants, les projets Drok, Floks et Magnolia, qui passent actuellement les tests préliminaires et devant prochainement débuter leurs tests étatiques, apporteront ainsi à l’artillerie russe de courte portée lors de leur adoption une mobilité relativement nouvelle (en effet seul les VDV sont aujourd’hui massivement dotées de mortiers automoteurs 2S9 Nona-S et ses variantes, les SV étant quant à elles équipées d’un nombre assez restreint de 2S23 Nona-SVK et de 2S34 Khosta).

bb580b1e69c402defbe5c33c4f9ac438
Un mortier 2B11 Sani de 120 mm. Non seulement les nouveaux mortiers automoteurs de 120 mm offrent un gain de mobilité important, mais les performances offertes sont également supérieures à ce modèle assez répandu au sein des forces russes. Image@Rosoboronexport.

On peut également remarquer que ce programme concerne principalement des engins basé sur une plate-forme à roues en lieu et place du train chenillé couramment employé sur les matériels d’artilleries russes (hors LRM), gage d’une empreinte logistique moindre ainsi que d’une autonomie supérieure; le Magnolia étant une exception du fait de son emploi en milieu polaire terrain où le train chenillé articulé s’avère plus adapté.

Toujours est-il que cette logique de gain de mobilité est désormais poussée vers les canons et obusiers comme l’atteste le développement du 2S43: outre le fait qu’il apporterait une mobilité opérationnelle, comme l’autonomie et la non/moindre dépendance aux véhicules porte-chars lors de trajet de longue distance, que n’ont pas les modèles chenillés (cependant le but affiché n’est pas de vouloir supplanter ces derniers qui forment – et formeront – la grande majorité de l’artillerie russe), il pourra remplacer avec succès les canons tractés actuellement disponibles; en effet les 2A65 et 2A36 en service sont des modèles lourds et plus difficilement déployables (par hélicoptère notamment), le gain d’efficacité dû au remplacement de ces équipements en sera alors nettement amélioré.

Copy of msta-b-7
Un canon 2A65, ici remorqué. Un canon automoteur à roue, tel le 2S43, pourra clairement avantageusement succéder à ce type de matériel. Photo@mil.ru.

Par ailleurs et selon les dires du directeur général de la société Uraltransmash Dmitry Semizorov lors d’une interview, le développement d’artilleries automotrices à roue s’inscrit également dans le cadre de l’exportation. En effet, alors que la Russie (re)commence à s’intéresser à ce type de matériel, d’autres pays ont déjà franchi le pas, on pensera en premier lieu au CAESAR français ou à d’autres pays comme Israël, la Serbie et la R.P.C. ou sont en passe de le faire (Etats-Unis et Ukraine entre autres) et ont pu bénéficier d’un certain succès à l’export. Toutefois si la Russie veut réellement concurrencer les Etats cités plus haut dans ce domaine, elle devra alors développer des systèmes plus performants, le 2S43 étant comme dit précédemment trop limité en ce qui concerne l’allonge de tir pour l’heure.

Toutefois, s’il est une chose de remplacer une partie du parc de mortiers et canons tractés à partir de la décennie 2020, il en est une autre de vouloir remplacer la totalité du parc – au moins à moyen terme – de par le nombre de pièces à remplacer (on peut ainsi douter de l’annonce concernant le remplacement de l’ensemble des mortiers de 82 mm par des 2S41 au sein de toutes les branches des forces armées): il est de fait plus probable que ces engins soient mis en service de manière complémentaire pour ce qui est du cas des mortiers; la problématique est moins présente pour les canons où le nombre de matériels à remplacer est moindre tout en offrant un gain d’efficacité supérieur, un canon dont la masse totale avoisine voire dépasse les 7 tonnes étant plus complexe à déployer qu’un mortier pesant entre 42 et 210 Kg suivant le modèle…