[Actu] Rénovation des T-80BV et modernisation des T-72B1 au sein de la 61ème usine de réparation des blindés

Si le T-80 était jusque récemment un char en voie d’abandon par les forces armées russes, notamment du fait de sa consommation de carburant jugée excessive ainsi que par des performances jugées décevantes lors de la Première guerre de Tchétchénie (bien que ce dernier cas soit à nuancer par rapport aux tactiques employées ainsi que les contraintes de l’environnement urbain sur les chars de combat), la mise au point de la version modernisée T-80BVM et sa mise en service progressive va alors inverser la tendance.

Il semble que 2019 s’annonce faste en la matière; puisque ce serait près de 120 T-80 rénovés qui ont été perçus en date du 2 avril par le district militaire de l’Est! Le chiffre est assez surprenant compte tenu du modèle du char ainsi que du court laps de temps des livraisons, les engins ayant été grosso modo livrés durant le premier trimestre de l’année. Par ailleurs, près de 40 T-80 supplémentaires auraient été livrés aux environs du 23 mai, là encore pour le compte du même district (probablement au sein de la 38ème Brigade indépendante de fusiliers motorisés de la Garde), ce qui représente au total près de 160 chars livrés en seulement cinq mois!

Toutefois se pose la question de la variante concernée. En effet, l’article original apporte peu de précision à ce sujet, si ce n’est que les chars ont reçus un viseur multi-canal et un nouveau stabilisateur, une radio plus récente (la R-168-25UE-2), un optique de vision nocturne TVN-5 ainsi qu’un blindage réactif « modulaire ». Dans un premier temps, on aurait tendance à écrire que ces chars sont des T-80BVM, dont les premiers engins ont été mis en service à la toute fin de 2017 et qui doivent être livrés principalement aux unités devant opérer en milieu arctique/polaire ainsi qu’à la 4ème Division blindée de la Garde « Kantemirovskaya« , qui est déjà équipée de T-80U.

2019-05-25.png
Un T-80BVM présenté lors d’un reportage de TV Zvezda. Image@TV Zvezda.

Les caractéristiques générales de ce char ont déjà été abordées dans un article antérieur, mais pour résumer cette remise à niveau concerne la protection avec la pose d’un blindage réactif Relikt doté d’éléments explosifs 4S23 sur la partie frontale et latérale de l’engin, d’un blindage-cage sur la partie arrière du char (par ailleurs, une sur-protection peut être installée sur les flancs pour améliorer la protection face aux munitions à charge creuse à tête en tandem), la puissance de feu avec l’installation du canon de 125 mm modernisé 2A46M-4 couplé avec un chargeur automatique pouvant employer les munitions APFSDS 3BM59 Svinets-1 et 3BM60 Svinets-2 plus longues ainsi que par l’installation d’une conduite de tir plus récente comprenant le viseur thermique Sosna-U pour le tireur, un nouveau stabilisateur (probablement le 2E42-4), un mât météo DVE-BS et enfin la turbine désignée GTD-1250TF, voit sa consommation en carburant diminuer (cette dernière information est à prendre avec les réserves d’usage).

La mise à niveau vers le modèle T-80BVM semble cependant prendre du retard: alors que 62 chars devaient être livrés dans la période 2018-2019 (31 unités par année, soit l’équivalent d’un bataillon) sans compter la dizaine de blindés déjà livrés en 2017, dans les faits seule une nouvelle tranche d’une dizaine de char a été effectivement livrée en 2018 à un bataillon de la 200ème Brigade indépendante de fusiliers motorisés et une vingtaine d’exemplaires devraient être livrés cette année pour compléter les effectifs du bataillon, il paraît donc peu probable que près de 160 T-80BVM soient livrés en si peu de temps. Par ailleurs, le district militaire oriental n’est pas vraiment prioritaire quant à la réception des matériels modernes, situation géopolitique actuelle oblige, et si un tel nombre de T-80BVM a été livré, ces engins l’auraient été certainement au sein des troupes d’infanterie de marine de la Flotte du Nord.

En tenant compte de ces éléments, il semble donc plus probable que ces chars soient finalement de « simples » T-80BV qui ont subis une phase de réparation des organes mécaniques et de la structure puis remis en service (certains composants ont pu toutefois être remplacés par des homologues plus récents si on se base sur l’article original). Les caractéristiques techniques de ce dernier ne sont clairement plus au niveau des chars de combat modernes en ce qui concerne la protection (le blindage réactif Kontakt-1 installé ne permettant pas de faire face aux munitions HEAT à tête en tandem), la puissance de feu et les systèmes électroniques: ils peuvent au moins combler les effectifs en attendant mieux, d’autant plus que le district militaire de l’Est n’est pas jugé aussi important que ne le sont les districts militaire du Sud et de l’Ouest et de facto il ne bénéficie pas forcément des matériels les plus modernes pour l’instant.

5314756_original
Un T-80BV remis en état au sein des locaux de la 61ème usine de réparation des blindés. Photo@Maria Gelman / t-digest.ru

Ces travaux de réparations n’empiètent toutefois pas sur la modernisation des T-80BV au niveau du T-80BVM: en effet cette dernière se déroule au sein des locaux d’Omsktransmash (filiale du groupe Uralvagonzavod), à l’inverse, la réparation des T-80BV prend place cette fois-ci au sein de la 61ème usine de réparation des blindés de Strelna, faisant partie du district de Petrodvorets de la ville de Saint-Péterbsourg.

5314419_original
Au sein des locaux de la 61ème usine de réparation des blindés. Photo@Maria Gelman / t-digest.ru

Créée en 1941 -plus précisément le 5 août, près d’un mois avant le début du siège de Leningrad- et ayant vu son nom changer à plusieurs reprises durant son existence (le nom actuel datant de 2015…), l’usine appartient désormais au groupe UVZ et son activité actuelle est donc principalement centrée sur la rénovation des T-80BV ainsi que sur la modernisation des T-72B1 au standard T-72B1MS/BM1 -suivant les sources- (объект 184-1МС) -officieusement désigné « Белый орёл« , soit Aigle blanc, du fait de la couleur des premiers exemplaires dévoilés- pour le marché de l’exportation.

IMG_0058
Le T-72B1MS ici exposé lors du salon Engineering Technologies 2012. On comprend mieux le surnom donné à cette variante du T-72. Photo@Said Aminov.

Dévoilée en 2012 lors du salon Engineering Technologies 2012, cette version se distingue du T-72B1 d’origine par l’installation d’un système de conduite de tir moderne comprenant un viseur thermique PN-72K pour le tireur et un viseur panoramique PKP-72 pour le commandant dotés d’un système de suivi automatique de la cible BARV.468939.001 (et permettant au passage la possibilité de mettre en oeuvre des missiles tirés par le canon tel le 9K120 Svir ou le 9K119 Refleks et variantes) ainsi que du mât météo DVE-BS, la pose d’un nouveau tourelleau pour le chef de char couplé avec la traditionnelle mitrailleuse lourde 6P49 Kord de 12,7×108 mm fournie avec une dotation de 600 cartouches mais qui est désormais téléopérée, évitant ainsi au chef de char de devoir s’exposer pour pouvoir la mettre en oeuvre, tandis qu’une radio R-168-25UE-2 prend désormais place. Il est également possible que le stabilisateur du canon ait été changé au profit du 2E42-4.

Буклеты 132 (1)

Буклеты 133
La fiche technique du viseur thermique PN-72M (similaire au viseur PN-72K). Images@Andrei BT (issues du catalogue de la JSC Peleng).

Les autres caractéristiques du char ne voient pas de modifications majeures hormis la pose du moteur modernisé V-84MS de 840 ch ainsi qu’un groupe de puissance auxiliaire (APU) DEA10T monté à l’arrière gauche du char, le T-72B1MS conservant donc son canon 2A46M de 125 mm d’origine avec une dotation maximale de 42 obus et la mitrailleuse coaxiale PKTM de 7,62*54 mm avec 2500 munitions fournies, tandis que le blindage réactif employé est toujours le Kontakt-1 doté d’éléments explosifs 4S20 conçu pour faire face aux munitions à charge creuse à tête simple. Sur le premier exemplaire dévoilé, une caméra mise à disposition du conducteur est également installée à l’arrière du char et un blindage-cage a été installé ultérieurement sur la tourelle.

La masse du char connait cependant une augmentation importante avec une valeur annoncé de 47,3 tonnes (contre 44,1 tonnes pour un T-72B/B1 classique), ce qui paraît particulièrement élevé compte tenu des modifications apportées.

T-72BM1_160805_61BTRZ_44
La fiche technique du T-72B1MS. Photo@A.V.Karpenko.

Comme dit précédemment, cette revalorisation du T-72B1 est donc conçue en premier lieu pour l’export et à l’heure actuelle ce sont deux pays qui emploient ce char au sein de leurs forces armées : le Nicaragua est ainsi le premier utilisateur du T-72B1MS avec 50 exemplaires commandés au printemps 2015 pour un coût de 80 millions de dollars dans le but de renouveler le parc de blindé du pays, les vingt premiers exemplaires ayant été livrés au cours de 2016.

0003acb6_big
Un T-72B1MS nicaraguayen lors de la commémoration du 37ème anniversaire de la création des forces armées du Nicaragua le 2 septembre 2016. Photo@Oswaldo Rivas/Reuters.

Par ailleurs, un reportage de TV Zvezda concernant le Laos mis en ligne le 9 décembre 2018 indiquait que ce pays devait recevoir prochainement « plusieurs dizaines » de T-72, sans plus de précision. Et en effet cela a pu se confirmer près de dix jours plus tard avec les premières images du premier lot de chars en cours de livraison à partir du Vietnam, ces clichés permettant d’identifier la variante T-72B1MS: le choix de cette variante par le Laos n’est pas dû au hasard, puisque le 7 avril 2018, des officiels laotiens avaient pu visiter les locaux de la 61ème usine de réparation des blindés tout en assistant à une présentation dynamique du T-72B1MS.

Ces nouveaux blindés pourront également être observés un mois plus tard lors de la célébration du 70ème anniversaire des forces armées laotiennes du 20 janvier 2019 avec plusieurs exemplaires visibles.

7525401_original
Des T-72B1MS lors du défilé pour le 70ème anniversaire des forces armées laotiennes. Photo@Marina Lystseva.

Si les activités de la 61ème usine de réparation des blindés restent assez limitées dans le domaine des chars de combat et dérivés en Russie, notamment par rapport à la JSC UKBTM de Nizhny Tagil qui se trouve être le cœur de la production de blindés lourds russes, elle en reste néanmoins un acteur qui s’inscrit tant sur le cadre national avec la réparation et remise en service des T-80BV avec donc près de 160 exemplaires depuis le début de l’année, ce qui n’est pas négligeable, bien que ce dernier ne réponde plus aux exigences actuelles pour un char de combat, que sur le marché de l’export avec le T-72B1MS, destiné à des pays voulant moderniser leur parc de blindés lourds à moindre coût à l’exemple des deux pays acquéreurs de cette variante représentant au minimum une soixantaine de blindés livrés au total.

Et comme de coutume nous reviendrons sur ces différents projets à l’adresse habituelle.