[Actu] Des nouvelles du Mil Mi-26

Alors qu’il constitue une légende des voilures tournantes, le Mil Mi-26 (Code OTAN : Halo) n’est que trop peu souvent mis en valeur par l’actualité spécialisée. Malgré ce calme apparent et une mise en service qui, rappelons-le, remonte à 1986, le potentiel de cet hélicoptère est encore loin d’être achevé et ce aussi bien pour le marché intérieur russe que pour l’export.

Revenons ensemble sur l’année 2017 du Mi-26.

Algérie

En vertu d’un contrat commercial passé en 2015 avec la JSC Russian Helicopters (JSC Вертолеты России, filiale du groupe Rostec), l’Algérie a commencé à recevoir au mois de janvier 2017 ses deux premiers Mi-26T2 (s/n temporaires 06813 et 06814, c/n 33-08 et 33-09) sur un total de huit à livrer. En mars 2017, les deux exemplaires suivants (s/n 06816 et 06815, c/n 34-01 et 34-02) sont aperçus en train de mener des vols d’essai au-dessus de l’usine Rostvertol (filiale de Russian Helicopters) à Rostov-sur-le-Don, où les appareils sont fabriqués. Si tout se passe bien les derniers devraient être livrés à l’armée algérienne courant 2018.

Pour rappel, le 26 juin 2013, l’Algérie a passé un premier contrat pour l’achat de six Mi-26T2, réceptionnés entre 2015 et 2016. Les appareils sont codés respectivement SL-22, SL-24, SL-32, SL-34, SL-42 et SL-44. Ce codage irrégulier est caractéristique des forces aériennes algériennes qui l’emploient notamment sur leurs Su-30MKA, Su-24MK2/MR et MiG-29 Izd. 9.13/9.51 UB afin de faire croire à leurs voisins qu’ils disposent d’effectifs numériquement supérieurs…

206499

Le « 06816 » dans sa magnifique livrée « désert » capturé en mars 2017. Photo@Mikhail Mizikayev

L’Algérie, client historique majeur de l’URSS puis de la Fédération de Russie, est logiquement devenu le client de lancement de cette nouvelle version du Halo. Première modernisation significative de la bête, le Mi-26T2 dispose dorénavant d’une suite avionique intégrant le système de navigation NPK-90-2. Celle-ci regroupe toutes les commandes de vol et les instruments de navigation dans un unique ensemble cohérent et numérique. Il est à noter que le cockpit est désormais adapté pour l’utilisation de lunettes de vision nocturne (JVN) et que l’appareil dispose d’un projecteur de recherche TSL-1600 pour enfin lui permettre de voler de nuit.

Inde

Bien que la Russie ait échoué en 2012, à y placer son Mi-26T2 face au CH-47F de Boeing, l’Inde entend bien continuer à soutenir la flotte de Mi-26 dont elle dispose depuis 1986 (le pays était alors le premier client export du Halo).

Si la prudence est de rigueur en ce qui concerne les affaires avec l’Inde, la presse se fait néanmoins l’écho depuis novembre 2017 qu’HAL et Russian Helicopters seraient à un stade de « négociations avancées » pour une révision complète (overhaul) des 3 Mi-26 sans suffixe encore mis en œuvre par New Delhi.

Affaire à suivre…

044964.jpg

Sur les quatre exemplaires indiens, un seul est en service, deux sont stockés, le dernier s’est crashé le 14 décembre 2010. Photo@Sergey Petrovskiy

Jordanie

La vraie grosse nouvelle à l’export concerne la Jordanie. Bien que ce pays ait, dans le passé récent, déjà commandé du matériel aéronautique russe (et notamment les deux seuls exemplaires de type Il-76MF à avoir été produits), il ne se fournit quasi-exclusivement que dans les surplus de « l’Ouest ». Cependant, le 17 avril 2016, Amman et Russian Helicopters ont semble-t-il signé un contrat (passé sous les radars d’un grand nombre d’observateurs) pour l’acquisition de quatre Mi-26T2 destinés à sa force aérienne.

Observé au-dessus de Rostov le 14 octobre 2017, le premier exemplaire devrait être livré au début de l’année 2018. Nous vous laissons juger de sa livrée pour le moins…particulière. Il s’agit néanmoins-là d’une percée importante pour l’hélicoptériste russe, sur un marché qui, comme nous l’évoquions plus haut, est largement verrouillé par les industriels occidentaux.

4784110_original

Un camouflage haut en couleurs… Photo@Maxo Davion

Russie

Bien qu’environ 40 Mi-26 et Mi-26T, la version civile de transport, soient aujourd’hui en service au sein des VKS, ces dernières continuent de recevoir à rythme plus ou moins rapide « l’Antonov 225 des hélicoptères ». Déjà conséquent, ce chiffre ne prend même pas en compte les structures des forces russes comme le Ministère des Situations d’Urgence (МЧС) ou la Garde nationale (Росгвардия) qui disposent également d’un certain nombre d’Halo.

En mars 2017, la 15e Brigade d’Aviation de l’Armée (région de Pskov) réceptionne le Mi-26 codé 80 Blanc et immatriculé RF-13382 pour renforcer les capacités de transport lourd de la 76e Division d’Assaut Aéroportée de la Garde des VDV, unité d’élite parachutiste devant « entrer en premier » en cas de conflit. En août, c’est au tour de la 18e Brigade d’Aviation de l’Armée basée à Khabarovsk, dans la zone arctique de l’Extrême-Orient russe (District militaire Est), de percevoir le 85 Bleu. Le 17 octobre, le 12 Bleu est réceptionné par cette même unité. Il s’agit du troisième Halo cuvée 2017 à avoir été produit par Rostvertol pour le compte des VKS.

4522643_original

Le « 85 Bleu » à son atterrissage à Khabarovsk le 3 août 2017 Photo@MoD Russia

Ces appareils marquent le retour des livraisons de Mi-26 depuis 2016, soit pratiquement deux ans d’interruption. Cette année avait alors vu la conclusion d’un contrat datant de 2010 pour la production de 18 appareils. Débuté, en 2011, ce contrat aura finalement été honoré avec deux ans de retard sur le calendrier initial qui devait s’achever en 2014. Les Mi-26 susmentionnés font donc partie d’un nouveau contrat sur lequel peu de détails sont connus.

Au-delà de ces livraisons, les Mi-26 russes seraient également en passe de vivre une seconde jeunesse. En effet, l’armée russe ne semble pas pour le moment lui envisager de successeur à moyen-terme, mais prévoit plutôt une modernisation, semble-t-il dérivée de la version Mi-26T2.

Ainsi, le 20 octobre 2017, le service de presse de l’Usine d’hélicoptère Mil de Moscou annonce publiquement qu’elle procède à la construction d’un prototype d’une nouvelle version désignée Mi-26T2V. Quelques jours plus tôt, le porte-parole du Ministère de la Défense déclarait qu’un certain nombre de Mi-26 seraient modernisés « d’ici à 2025 » dans le cadre du plan d’armement 2018-2025, sans laisser filtrer d’autres détails si ce n’est que l’appareil ne devrait pas être proposé à l’export. Il devrait donc à priori s’agir du Mi-26T2V, même si aucune commande n’a encore été passée à ce jour.

Les informations vérifiées dont nous disposons aujourd’hui suggèrent qu’il s’agirait d’une adaptation du Mi-26T2 aux besoins russes. Elle intégrerait une boule optronique GOES-321 ou GOES-337M fabriquée par l’Usine mécanique de l’Oural (Уралский ОМЗ). Ce dernier système est doté d’une caméra TV et d’un système de suivi et de ciblage automatique en plus de la caméra thermique et du télémètre laser déjà montés sur la GOES-321. L’ajout le plus important concernerait la survivabilité de l’appareil puisqu’il disposerait désormais de la suite d’autoprotection L370E26L Vitebsk.

2354743.jpg

Boule optronique GOES-337M d’УОМЗ. Photo@arms-expo.ru

Comme nous l’avons montré, la fin de vie du Mi-26 n’est pas encore à l’ordre du jour. Nous aurons l’occasion d’y revenir ultérieurement lorsque des informations complémentaires seront accessibles.

To be continued…

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s